Ne faisons pas de notre mieux, faisons ce que l’on peut

Par Martin Savoie

Il y a quelques temps, j’ai eu la chance de découvrir un auteur et pionnier de l’improvisation théâtrale: Keith Johnstone. Britannique de naissance et canadien d’adoption, il est le cofondateur du Loose Moose Theatre, une compagnie théâtrale improvisée. Bref, il est au monde de l’improvisation anglophone ce que Robert Gravel serait à l’improvisation francophone, soit un créateur qui en a grandement influencé la notoriété.

Une citation de Johnstone me trottait dans la tête depuis longtemps, puisque je tentais d’en comprendre la signification. Pour paraphraser, pour lui, l’improvisateur ne devrait pas chercher à faire de son mieux. Tenter de faire de son mieux équivaudrait tenter être meilleur que l’on est réellement.

BFB18CBE-A877-466A-9BFC-67B03DA94898

Cette approche, je dois l’avouer, m’a surpris. Au début, je me demandais où était le dépassement de soi et le développement de l’improvisateur dans une telle mentalité. Puis, avec le recul, j’ai fini par réaliser que l’approche saine n’est pas de faire de son mieux, mais bien faire ce que l’on peut.

Faire de son mieux, c’est faire ce que l’on fait bien, ce qui nous fait paraître à notre meilleur. Faire ce que l’on peut, c’est faire tout ce que l’on sait faire et travailler plus qu’une facette de notre jeu.

386BD783-A45B-4AFB-B7EF-0547A4D2D344

Lorsque l’on fait de son mieux, on tombe dans la complaisance, on se niche dans certains styles, dans une certaine approche, on oublie que notre force peut être une faiblesse dans des improvisations qui demandent une approche différente de celle que l’on maîtrise. Lorsque l’on fait ce que l’on peut, on s’approche des limites de notre jeu, sans la pression de devoir exceller dans un style ou un autre et, avant même de s’en apercevoir, cette limite s’est vue repoussée, et notre jeu grandit du même coup.

Comme quoi, parfois, juste un petit changement de perception peut faire une énorme différence!

Mais bon, ce n’est qu’une proposition d’approche. Car après tout, pour citer Johnstone une dernière fois, « l’important n’est pas la proposition, mais ce que tu en fais ».

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec nous à improvisationnb@gmail.com

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s