Le public a entendu le thème

Par Michel M. Albert

Avant chaque improvisation, l’arbitre lit un carton de thème. Le public l’entend en même temps que les joueurs. Alors pourquoi on sent le besoin de le plugger pendant l’impro?!

Vous savez ce que je veux dire.

J’imagine que ça vient de la peur de recevoir une punition de Non-respect du thème. Mettons les pendules à l’heure: L’arbitre n’est pas un nigaud, il n’a pas besoin de se faire expliquer comment l’impro respecte le thème quand il a écrit ce thème. Le public non plus d’ailleurs. On arrête ça.

18403375_1439169226157537_4193514368384229274_n

Plutôt, pourquoi ne pas jouer sur le fait que le public connaisse le thème? Faire des spectateurs nos complices. Plusieurs possibilités s’ouvrent à nous :

Le suspense – Si le public sait que le thème demande un « Meurtre à minuit », on peut s’assurer de mentionner quelle heure il est pour créer de la tension, pour rendre l’action du thème inévitable, mais la retarder le plus longtemps possible pour garder les spectateurs sur le bord de leurs sièges. Un simple tic-tac pourrait faire l’affaire dans notre exemple.

L’arnaque – Il s’agit ici d’un petit jeu pour agacer le public et le faire rire. On fait semblant qu’on se rend au thème, mais non, il y a un malentendu, un délai, un jeu de mot. Les spectateurs trouveront amusant qu’on défie ce à quoi ils s’attendent basé sur le thème.

18342707_1439188596155600_701144566661439730_n

Le double sens – Les bons thèmes suggèrent plus d’une interprétation, et les bons joueurs peuvent faire semblant qu’ils en tentent une, pour plus tard révéler qu’ils en faisaient une autre. Par exemple, « L’avalanche » peut se passer au pied d’une montage – on s’attend à un éboulis de neige – mais quand les deux personnages commencent à se dire leurs quatre vérités, on réalise que c’est une toute autre avalanche qui est le vrai sujet de l’impro.

La combinaison – L’impro décrite ci-dessus se passe sous la neige après une véritable avalanche, les deux sujets se croisant de façon plaisante. En mixte, une telle tactique pourrait être la seule façon de déjouer le public.

Le sens caché – Avec un jeu de métaphore, on peut interpréter le thème au 2e ou 3e niveau. C’est dans ces circonstances que les joueurs sentiront la pulsion la plus forte de plugger le thème, mais il faut y résister. Le public qui se rappelle du thème se concentrera d’autant plus sur l’impro pour essayer de comprendre comment elle respecte le thème. Cet investissement personnel de la part du public ne peut pas s’acheter! Peut-être qu’on aura notre réponse à la fin de l’impro, peut-être qu’on sera encore en train d’en parler une semaine plus tard parce qu’elle nous a hanté!

Quelques exemples généraux, mais tout comme il y a un nombre infini de thèmes possibles, chacun pourra suggérer de nouvelles façons d’utiliser l’information partagée par joueurs et spectateurs pour surprendre ou intéresser le public.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec nous à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s