Besoin d’une pause

Par Michel M. Albert

Au dernier Zèbre d’Or, nous l’avons essayé : Nous avons omis la pause entre les deux périodes (et donc, toute notion de période) avec le raisonnement que les participants, adultes sans entraîneurs, ne l’utilisaient pas vraiment, restaient à leur banc, et même s’impatientaient pour que le jeu recommence. On se posait la question à savoir si une pause était nécessaire. Voici les résultats de cette expérience :

Du temps gagné : Le véritable bénéfice d’enlever la pause était de pouvoir donner un peu plus de temps de jeu aux participants, en particulier, la capacité de mettre une plus longue improvisation (disons 6 à 10 minutes) au milieu du match, sans faire face à l’interruption occasionnée par une pause. Encore fallait-il que les arbitres saisissent cette opportunité. Certains matchs optaient plutôt pour l’ajout des minutes de plus ici et là dans les impros, ce qui changeait l’impro typique de 3 minutes à une 4 minutes. D’après les commentaires recueillis, il semblerait que la majorité des idées générées en caucus ont une durée de vie d’environ 3 minutes, ce qui faisait la majorité des prémisses trop courtes pour une 4 minutes, ou alors trop longues pour une 4 minutes. Cela peut sembler étrange, mais vu que 4 minutes n’est pas une durée commune en temps normal (on voit plus souvent 2, 3 et 5 minutes), les réflexes de l’improvisateur étaient déréglés.

20883404_10154863479147895_1747030083_o

Le rythme : Le manque d’habitude s’est aussi fait sentir dans le rythme du match. Bien que les joueurs étaient plus que capables de trouver l’énergie de jouer 8 improvisations sans pause, stratégiquement, on perdait rapidement le fil du match. Combien reste-t-il d’impros? Même l’arbitre n’était pas certain parfois. Il s’agit là d’information importante pour bien balancer le nombre d’impros de chaque joueur, de tout donner en fin de match pour finir sur un bon coup, etc. De la même façon, pour ceux et celles qui gardent ce genre de chose en tête, on ne pouvait jamais se souvenir du pointage. La pause crée une division qui rend ce genre de chose plus facile à suivre, autant pour les joueur que les officiels, que le public.

La logistique : Chaque période est une petite île que l’on ne peut pas quitter tant qu’elle dure. À la pause, on peut rajuster le tir. L’arbitre peut parler à ses équipes. Les capitaines peuvent soumettre leur inquiétudes aux officiels. Une erreur peut être corrigée bien avant qu’un animateur n’annonce le compte final. Sans la pause, tout doit se faire en fin de match, et on ne peut jamais rajuster. Les problèmes perdurent, les erreurs sont corrigées trop tard.

20861427_10154863466667895_1464531020_o

En conclusion, la question qu’on aurait dû se poser est la suivante : Pourquoi les créateurs de l’impro-match – Gravel et compagnie – ont-ils inclus une pause? N’était-ce que pour émuler le hockey? (Mais aussi, à quoi sert la pause au hockey?) Ou était-ce parce qu’elle avait une utilité? Ce respire est-il nécessaire après tout? Ayant fait l’expérience – qui n’est pas totalement nouvelle, des ligues/tournois au Québec ont aussi joué sans la pause – le consensus est que OUI, elle l’est. Plus qu’une occasion de se ressourcer ou d’aller à la salle de bain, la pause donne à participant et public un rythme utile à la compréhension du spectacle, une structure qui doit s’imposer à une activité qui souvent joue sur une sorte de chaos. Elle n’a pas besoin d’être longue. Si tout va bien, repartons assez vite. Mais elle doit exister. On en a besoin.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec nous à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s