Le tournoi comme outil d’exportation

Par Michel M. Albert

Les Jeux de la Francophonie Canadienne 2017 viennent de se terminer, et au nom d’Improvisation NB, je tiens à féliciter les équipes médaillées dans la discipline d’impro – l’Ontario (Or), le Nouveau-Brunswick (Argent) et le Manitoba (Bronze) – ainsi qu’à remercier toutes les équipes présentes (les trois sus-mentionnées, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard, le Québec, la Saskatchewan, l’Alberta, la Colombie-Britannique et les officiels) pour un bon tournoi qui misait sur le partage, l’apprentissage et le sens du spectacle.

20182411_10154779912242895_838800242_o

Ce qui est toujours intéressant quand l’on organise une compétition qui se veut plus que provinciale (mais qui est vrai tout de même au niveau plus régional), c’est de voir les réalités des autres, comment l’improvisation se manifeste ailleurs et comment, comme improvisateur, on peut adapter ce que les autres font dans notre jeu ou pour nos réseaux.

L’organisateur a une responsabilité de plus. Il doit mettre à l’honneur les façons de faire de son chez-lui afin d’inspirer les équipes d’ailleurs à ramener avec eux non seulement un bon souvenir de leur expérience, mais aussi la volonté de peut-être adapter certaines particularités à leurs façons de faire. Et plus que transmettre nos procédures (on a apprécié le spectacle de nos juges de lignes, par exemple), il est important d’exporter nos VALEURS.20187338_10154779912472895_1973878351_oL’exemple le plus touchant survenu à ces Jeux est l’histoire d’une joueuse qui est venu dire à une de nos arbitres que cette dernière était la première femme qu’elle ait jamais vu arbitrer. Ce qui est frappant, c’est qu’ici ce n’est pas inusité, on le prend pour acquis. Mais pour cette joueuse, c’était une révélation, et j’ai cru voir derrière ses mots un intérêt pour l’arbitrage, pour un poste qui jusqu’à maintenant lui semblait inatteignable ou au moins nébuleux. Pour nous, une certaines parité entre hommes et femmes dans tous les postes d’impro est un idéal à maintenir. Cela fait partie de nos valeurs. Et j’ai senti, dans ce moment, qu’on en faisait l’exportation.

De la même façon, nous espérons que les équipes ont pu remarquer le terrain égal créé par le format du tournoi, la place que l’on donne au spectacle même dans les procédures comme le travail des arbitres-adjoints et la session de questions, l’ouverture de l’Ombudsman et des arbitres aux craintes et questions, toutes les leçons transmises par l’arbitrage, etc. Voilà des choses qui parfois manquent à des tournois où l’on va. Je trouve important de montrer l’exemple et qui sait, d’inspirer des équipes d’ailleurs à le suivre ou à en demander autant dans leur coin.20196366_10154779912252895_1248744066_oSi on est fier de ce que l’on a bâti, on se doit de le mettre en évidence, d’être prêt à en expliquer le fondement, à vouloir que les autres se l’approprient. Un tournoi est un bon endroit pour ce partage, et quand intercalé dans un événement multi-disciplinaire comme des Jeux, devient en plus la première expérience d’impro d’un public qui ne connaît pas ça – athlètes, accompagnateurs, médias et curieux. C’est important de rendre cette expérience positive, éthique, compréhensible et infectieuse.

Et si on CROIT dans nos valeurs, dans notre philosophie de jeu et d’organisation, elles doivent faire partie de ce que l’on transmet fièrement.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec nous à improvisationnb@gmail.com!

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s