L’impro et la technologie: le logiciel d’affichage

Par Martin Savoie

Dans cette série d’articles, je ferai une recherche des différents outils facilitateurs de l’improvisation disponibles sur la toile. Je tenterai de trouver les avantages, les désavantages ainsi que de trouver comment en optimiser l’utilisation dans le cadre des matchs amicaux, tournois et ligues d’improvisation.

Le tableau d’affichage. L’une des grandes emblèmes de toutes les arénas du monde. Trônant au-dessus de l’aire de jeu, il veille au grain à ce que rien n’est oublié. Pas un seul point, pas une seule seconde de jeu, ou même une punition.

19401177_1892712737646988_1268375531_o

L’improvisation Gravelienne, calquée du hockey, pourrait se voir tentée d’utiliser un tel outil. Même qu’un logiciel disponible en ligne donne cette option aux ligues d’improvisation voulant ajouter un support visuel à son spectacle. Points, punitions, intro des joueurs, annonce de punitions, chrono pour les caucus, annonces des étoiles, rien n’est oublié pour en faire un outil qui colle bien au décorum et qui couvre tous les aspects d’un match avec une petite animation mignonne.

Pour le bien de la cause, j’ai téléchargé ledit outil et je l’ai testé, le tout dans le but de répondre à la question suivante : en as-tu vraiment besoin?

Petite note, je vais inverser l’ordre de présentation et commencer par les désavantages. Pourquoi? Parce que les problèmes liés à son incorporation dans le spectacle dépassent largement les bénéfices. J’ai quand même réussi à en trouver un et le développer, mais ça m’a pris pas mal de temps…

19403574_1892717087646553_1987134706_o

Là où ça se corce…
Je déteste rejeter un outil d’emblée, mais je crois que celui-ci, pour de multiples raisons, n’est pas exactement une chose que l’on utiliserait dans le contexte de l’improvisation au Nouveau-Brunswick.

L’avantage principal de l’outil, qui est de compter et montrer les points sur un tableau plus interactif, est une chose qui, comme j’ai tenté de le démontrer par le passé, va à l’encontre de l’esprit de l’improvisation au Nouveau-Brunswick. De plus, pouvoir le projeter à grande échelle représente un défi logistique de taille. On doit avoir accès à un projecteur et une surface de projection adéquate. L’incorporation de l’outil demanderait donc à ce que l’on ajoute un second ordinateur à une table de statistique déjà assez chargée. Il y aurait possibilité que le DJ utilise son ordinateur pour la projection ET la musique, mais si on fait un écran double, on devrait faire des contorsions pour bien voir ce que l’on fait pour atteindre les options dudit tableau.

Donc, en ce qui concerne le côté pratique, en se basant sur comment nous procédons et comment nos méthodes n’ont pas montrées de failles majeures qui nécessitent une aide virtuelle, on n’est pas en mal en mettant cet outil de côté.

19402715_1892717154313213_2103743823_o

Là où l’outil est bon…
Il n’est pas facile de trouver un avantage à cet outil pour l’improvisation au Nouveau-Brunswick. MAIS, utilisé d’une certaine façon, il pourrait, peut-être, potentiellement, devenir un excellent facilitateur pour les annonceurs, les statisticiens et même l’arbitre.

Pour l’annonceur, le tableau peut servir de support visuel lorsque vient le temps d’annoncer le résultat final. Le statisticien, quant à lui, peut l’utiliser justement à ces fins. Un point d’un bord, un de l’autre, un échange, une punition, ce sont des données relativement simples à comptabiliser et pour lesquelles le logiciel en question peut faire un très bon travail.

Parlant des punitions, elles peuvent y être comptées. Plutôt que de compter les petites barres et les gribouillages, on ajoute les punitions d’un seul clic, et on les enlève avec le même procédé. Le tableau contient aussi un décompte pour le caucus, ce qui permet donc d’éviter que ceux-ci s’éternisent et permettent le respect du décorum tout en permettant à l’arbitre de communiquer avec la table de stat l’esprit tranquille.

Certaines de ces options pourraient servir à la table de stat, à fins internes, même si le tableau n’est jamais projeté.

1900124_1409230319328568_228630316_n

Le verdict
Sans dire que c’est un outil inutile, disons que l’impro au Nouveau-Brunswick a pu s’en passer sans trop de problèmes et pourrait s’en passer encore longtemps. Il y a l’avantage de gestion mentionné pour la table de stat, mais à moins d’avis contraire, les méthodes actuelles ne présentent pas de failles majeures qui valent la transition, dis-je, l’ajout d’un outil supplémentaire qui ne ferait que compliquer le travail de la table de stat encore plus, le tout pour qu’un support visuel appuie ce que l’on écrit.

Vous pouvez essayer si ça vous chante, mais je suis convaincu que vous allez le fermer et revenir au papier après une période.

L’outil: http://www.dramaction.qc.ca/fr/improvisation/tableau-daffichage-gratuit/

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec nous à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “L’impro et la technologie: le logiciel d’affichage

  1. L’afficheur gratuit disponible sur Dramaction a de nombreuses forces et faiblesses et avait été créé il y a plus de 20 ans par les responsable du défunt site Gazou.ca.

    Dernièrement, nous avons commencé à développer un nouvel outil puissant qui saura satisfaire les ligues 🙂

    Vous parlez qu’il était difficile d’envisager l’utilisation de l’afficheur actuel dans votre contexte du Nouveau-Brunswick. J’aimerais bien comprendre votre contexte particulier… peut-être que vos commentaires pourront nous aider à développer un outil plus polyvalent ?

    • Dans la structure du spectacle tel que présenté ici, les points, le thème et la durée ne sont jamais affichés. Par manque de ressources bien souvent, mais même avec les plateformes adéquates, le consensus était que ça pouvait devenir une distraction trop grande. Donc, en partant, le support visuel est moins attrayant. C’est un peu avec cette mentalité que j’ai tenté d’analyser l’outil, de l’approcher d’un point de vue plus pratique qu’interactif, et voir comment il peut se greffer au spectacle.

      Ceci étant dit, le tableau présente d’excellents éléments (notamment la comptabilisation des points et des punitions) qui pourraient être migrés vers un support agréable pour le statisticien. Si ces éléments étaient intégrés à une plateforme qui permettrait aussi de comptabiliser certaines données, comme par exemple le nombre d’impros jouées par les joueurs et une comptabilisation plus détaillée des punitions (type, joueur ou équipe, mineur/majeur/double majeur), je n’ai pas de difficulté à imaginer cet outil être utilisé par plusieurs ligues.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s