L’impro – une (dé)formation?

Par Elyse Hamel

Vous avez déjà pensé jouer de l’improvisation ? Vous joindre à une ligue, tenter votre chance à un improvisathon, suivre des ateliers ? Eh bien, voici un conseil d’ami – NE LE FAITES PAS. Avant qu’il ne soit trop tard, remettez les jerseys de hockey à leur place, gardez vos talons hauts, ne faites pas d’exercices de réchauffement de voix.

Pourquoi cette mise en garde ? Parce que, soyons honnêtes une fois pour toute, l’improvisation, ça RUINE une VIE. Premièrement, c’est prouvé par des scientifiques (oui oui) que c’est une discipline qui cause une addiction. Jouez une fois, et vous aurez automatiquement envie de jouer à nouveau, de percer le mystère, de chercher l’amélioration.

10320499_635926056481862_8215502678192154404_n

Et ce n’est pas tout ! L’improvisation peut également avoir des effets néfastes sur votre vie sociale et professionnelle !

Si vous vous joignez à un groupe d’improvisateurs, vous deviendrez lentement mais surement une plaise. Je sais, je ne mâche pas mes mots, mais c’est important. Les improvisateurs en société ne sont, pour le dire franchement, pas du monde. Ils ont cette pulsion incontrôlable d’épater la galerie, de faire des blagues constamment, voire de chanter une chanson improvisée sur du brocoli à un stand de crème glacée (une histoire triste, mais vraie !).

10322804_635924619815339_8953809134585054943_n

Et que dire des impacts sur votre vie professionnelle ? Les improvisateurs sont reconnus pour être efficaces… très efficaces… mais vraiment TROP efficaces. Qu’est-ce qu’on entend par ça ? Les improvisateurs produisent vite, mais sont sous l’impression qu’ils ont besoin de moins de préparation. « Une présentation orale ? Bah, j’vais improviser ça » se disent-ils tous, engloutis dans le déni. Et essayez donc de demander à un improvisateur qui écrit d’éditer son texte ! Il en sera réticent, si non pas brusqué que vous ne considérez pas son premier jet assez bon.

Non, vraiment, quand je regarde les derniers 25 ans, je ne serais pas qui je suis sans l’improvisation. Je serais sans doute organisée, systématique, et agréable en société. J’aurais maitrisé comme une pro ce précepte de « soit belle et tais-toi » et j’aurais sans doute marié un docteur.

10363566_635924376482030_7687737053216972484_n

Vous avez déjà commencé à faire de l’impro ? J’aimerais vous dire qu’il n’est jamais trop tard, mais c’est faux. Au moins vous avez une série d’articles sur ce blogue pour nourrir votre passion destructrice. Bonne chance. Vous – et votre entourage ! – en aurez besoin.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s