Le vide est-il réellement vide ?

Par Michel M. Albert

Une arène d’impro. Espace vide de création. On y trouve que des joueurs, et des fois, pas même ça, et pourtant on y voit des lieus, des décors, des accessoires, des costumes, même des personnages qui sont pourtant invisibles au passant qui ne suit pas le spectacle.

Le vide n’est donc pas un vide.

Les joueurs et leur public remplissent l’espace avec leur imagination. Des fois avec les mêmes choses (quand le joueur est clair), des fois avec des visions incohérentes (quand il ne l’est pas, que ce soit par erreur ou par dessein pour forcer le public à s’ajuster à un twist plus tard dans l’improvisation), mais rempli tout de même.

13000330_1011277408946723_6109317629296337293_n

Comment utilise-t-on ce phénomène à l’avantage de notre spectacle ?

Premièrement, en reconnaissant que le vide se remplit, et en faisant confiance à l’imaginaire du public. On n’a pas besoin de décrire ce que l’on voit tant et aussi longtemps qu’on donne des indices à travers le mime, le texte ou l’émotion. Le public y verra quelque chose parce qu’il VEUT y voir quelque chose. Il y a une raison que les impros à propos de deux joueurs « dans le néant » qui se rencontrent et jasent du thème pour 3 minutes est relevé comme inintéressant – on ne tâche pas suffisamment à remplir le vide. Même là, j’ai tendance à m’imaginer les personnages dans une brume fantomatique. Le vide ne peut être vide.

On peut donc jouer sur ce « vide rempli » dans notre mise en scène. Par exemple, un joueur qui choisit de se tenir d’un côté de l’arène, et parle à l’autre côté, crée un espace pour un personnage entièrement imaginaire. Qu’est-ce qui arrive si notre joueur commence presque au milieu et continue de se faire « pousser » à gauche pendant toute l’impro ? Le vide se remplit de plus en plus. Des joueurs peuvent, en limitant l’espace dans lequel ils jouent, donner place à un univers de l’imagination commune entre lui et son public ! L’île qui rapetisse sous les flots. Le coin sécuritaire entouré d’une armée. La cloison qui garde un personnage emmuré contre la bande alors que QUELQUE CHOSE se passe de l’autre côté.

16121415_1819503591634570_1752412636_o

Et pourquoi pas un vide total ? Quand les joueurs sont en position neutre, l’arène est vide. Statisme automatique ? Quand c’est une erreur, oui. Mais par dessein ? Les joueurs peuvent, par exemple, la remplir de leurs voix, dans un style « radiophonique ». Le public a droit à du dialogue, mais doit s’imaginer l’action qui se passe, peut-être, dans le noir, ou parmi des personnages littéralement invisibles. Un public qui doit IMAGINER, c’est un public engagé, investi dans le spectacle. Il fait sa part, il est joueur lui aussi.

Je vais plus loin. Un vide complet. Pas de texte. Pas de bruit. Pas de mouvement. Rien. Les personnages ont tout simplement quitté la scène (et sont en position neutre). Qu’est-ce qui reste ? Si c’est bien fait, il reste un SENS, il reste du meaning. Il reste, peut-être, une TENSION, du suspense. Je donne un exemple : Un personnage est pris par des forces ennemies qui le trainent hors-scène. Plateau vide pour plusieurs secondes, qui paraissent même peut-être interminables. Le public retient son souffle, s’imagine quelle torture ou quel destin est réservé au protagoniste de l’impro. Quand des joueurs réintègrent la scène, le protagoniste est-il encore vivant ? Recevons-nous une leçon d’histoire d’un guide de musée des siècles plus tard ? Sommes-nous en deuil pour la totalité de ce qui reste de l’impro, jusqu’au sifflet ? Tout est possible. Une pause de la sorte peut aussi servir d’effet comique, malgré mon exemple plutôt dramatique.

L’idée, c’est que même en absence de TOUT, le vide crée une attente d’un QUELQUE CHOSE. Et cette attente peut meubler l’improvisation aussi bien que des personnages en action.

Il n’y a pas de vide possible, parce que l’être humain ne peut s’empêcher de le remplir.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s