Main ouverte, poing fermé

Par Michel M. Albert

Ou, l’article évident, mais apparemment obligatoire, à propos du carton de vote.

Tant et aussi longtemps que des tournois se déroulent sans que les organisateurs aient pensé au carton de vote, il faudra en parler. C’est ça qu’est ça, et oui, ça arrive encore que des soirées d’impro soient tenues et que cet outil de base tombe dans l’oubli. À quoi je dis, COME ON !

On s’imagine que le carton de vote est important pour le membre du public. Ce dernier devra, après tout, l’utiliser pour déclarer sa faveur envers une ou l’autre des équipes. Mais non, le spectateur n’est PAS la personne la plus affectée par un carton de vote oublié ou mal pensé ! C’est plutôt l’arbitre et ses juges de ligne qui souffrirons de ce manque d’organisation particulier !

10177521_638593836215084_3688912810825554831_n

 

Avez vous idée de combien difficile ça devient de compter les votes, voire même tout simplement déclarer une majorité en un seul regard, quand tout ce que l’on voit dans la salle, ce sont des mains ouvertes et des poings fermés ? Très difficile. Juste une masse de teintes de peau avec des doigts tournés d’un bord ou de l’autre. De plus, les mains ouvertes sont plus grandes en superficie, donnant l’illusion qu’elles sont toujours surnuméraires à moins d’une écrasante minorité.

Mais disons que vous y avez pensé. Vous avez été chercher des cartons de couleur à la papeterie locale et avez découpé suffisamment de cartons pour votre public (pas assez et vous risquez que les spectateurs les déchirent pour se les partager). Avez-vous choisi les bonnes couleurs ? Il est important d’utiliser des couleurs vives qui ne se mêleront pas si facilement aux vêtements; éviter, par exemple, le noir et le blanc, choisir un bleu voyant, pas un bleu marine, etc. Parce qu’encore une fois, une couleur trop sombre disparaît dans la foule, surtout dans une salle de spectacle où tout l’éclairage est sur scène, dans les yeux des juges de ligne, créant l’illusion optique qu’il y aurait plus du carton voyant (le rouge, par exemple) même si ce n’est pas le cas.

cartons

Donc deux couleurs voyantes, merci, mais à moins d’avoir des cartons pour toutes les couleurs possibles (peu pratique dans un tournoi), il serait bon de choisir une couleur froide (bleu ou vert) et une couleur chaude (rouge ou jaune). Ainsi, les deux couleurs disponibles sont suffisamment différentes pour éviter la confusion, et l’arbitre peut utiliser leur « chaleur » pour l’aider à expliquer quelle équipe sera représentée par quelle couleur.

Au prix que le carton coûte, et considérant comment facile c’est de le découper en pièces plus ou moins égales, l’organisation d’un événement d’impro n’a aucune excuse pour oublier cet outil essentiel au déroulement d’un match. Même pris à dépourvu moins d’une heure avant un match, une rapide visite au magasin, une paire de ciseaux, et le tour est joué.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s