Moments Impromptus : Une finale de « rubbers mous »

Par Michel M. Albert

Le Zèbre d’Or 2016 nous a, bien évidemment, donné de forts moments d’improvisation, plusieurs desquels je qualifierais de « moments impromptus », mon terme pour des moments où l’impro transcende les joueurs, où ce qu’ils font, souvent sans savoir pourquoi ils le font, génère un deuxième ou troisième niveau. Celui dont j’ai choisi de vous parler survient à la toute fin de la finale du tournoi, un match entre les Impromptus et la LIC.

Ce cadeau offert par l’arbitre Elyse Hamel s’intitule « New York, me voici ! » et se voulait une musicale aux airs afro-funks:

Avant de me lancer dans le vif du sujet, un peu de contexte : Pendant l’heure du diner, juste avant le match, je me suis retrouvé dans une discussion avec plusieurs autres improvisateurs sur la question de ce que nous avons appelé, sur le coup, les « rubbers mous » qu’on retrouvait dans plusieurs équipes. Un « rubber mou », c’est un joueur flexible, physique, énergétique, et déhanché, un casse-cou qui peut torde son corps de façon improbable et impressionner sans jamais dire un mot. Christian Essiambre, Miguel Thibault, Jérémie Michaud, vous voyez le genre.

La finale allait être la manifestation la plus pure de la magie du « rubber mou » alors que Christian et Miguel s’enlacent dans un tourbillon de danse interprétative, acrobatiques, souvent se fondant l’un dans l’autre pour devenir une roue humaine, des pales d’hélicoptère (avec l’aide de joueurs musclés des deux équipes) et autres configurations inhumaines, toujours avec l’extase sur leurs visages. Clairement, seuls deux « rubbers mous » auraient pu faire ce que nous avons vu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aussi réussi que ce fut, il y a eu un questionnement de la part de l’arbitre et d’autres improvisateurs chevronnés : En musicale, on dit souvent aux joueurs en herbe que danser n’est pas suffisant. Est-ce que ce numéro de cirque racontait véritablement une HISTOIRE?

Bien que subtile, elle y était, et sur le banc, des deux côtés, on y travaillait. Facile d’ensuite l’oublier pour ne se concentrer que sur les voltiges, mais plus on y pense, je crois, plus quelque chose se dessine. C’est l’histoire d’un feeling et d’un idéal plutôt qu’un récit direct, et raconté à travers la danse, ce qui fait du sens, car grâce à Broadway, on connait New York comme une VILLE de danse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette histoire, c’est celle d’immigrants africains – la musique nous le dit – et leur danse impossible est la manifestation de leur joie d’être dans un pays et une ville mythiques pour leurs opportunités. La simple présence d’Yves Doucet comme Statue de la Liberté dans le coin arrière ne sert qu’à une chose, c’est un symbole de cet idéal Américain, un décor qui nous situe et qui explique la joie de vivre de nos deux immigrants.

Quand d’autres joueurs entrent, comme Annik Landry et le reste, c’est pour créer un contraste. Ces personnages ne dansent pas. Ils marchent vite, regardent leurs portables, n’ont pas le temps pour, ni l’intérêt dans, cette danse. Ils prennent leur liberté pour acquis, ne savent pas ce qu’ils ont et ce que d’autres n’ont pas. Éventuellement, on voit Annik tourbillonner sous les deux protagonistes, parce que leur passion est infectieuse. Pour elle, et pour nous, le public, aussi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans une improvisation nécessairement sans « texte », on ne retrouve que sous-texte. Et dans le présent climat politique, on ne peut faire que voir la parfaite improvisation anti-Trump qui célèbre ce qui a rendu l’Amérique (et j’inclus notre coin de terre là-dedans) ce qu’elle est. On ne se rend pas au moment où le rêve américain s’écrase. Nos immigrants ne voient pas leurs illusions brisées. C’est d’un idéalisme aussi peu probable que les contorsions corporelles des deux joueurs. C’est mieux comme ça. On ne veut pas se rappeler la triste vérité de ce que l’on voit aux nouvelles.

Et y’en a qui disent que tu peux rien bâtir de solide avec du « rubber mou »…

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s