Ne pas avoir d’entraîneur : un bien pour un mal

Par Andréanne Basque

C’est bien connu, un des problèmes au niveau du secondaire peut être le manque d’entraineurs, surtout dans les régions éloignées des centres urbains. Si ce problème commence à se résoudre avec le temps, c’en est tout de même un qui a affecté de nombreux joueurs au fil des années. Malgré tous les problèmes que cette situation peut entraîner – on a le sentiment de ne pas savoir ce que l’on fait, on doit se débrouiller entre joueurs pour s’améliorer et se critiquer, etc… – il y a aussi des avantages à ne pas avoir d’entraîneur. C’est pourquoi j’ai décidé de dresser une liste des bons côtés de cette situation :

La chimie d’équipe : En me fiant à mon expérience personnelle, je peux affirmer que ne pas avoir d’entraîneur peut, en quelque sorte, aider l’équipe à améliorer sa chimie. N’ayant pas d’autorité supérieure pour les guider ou les aider à organiser les pratiques, parties et tournois, les joueurs sont forcés de collaborer afin de garder leur équipe vivante. Les obstacles sont nombreux pour une demi-douzaine d’adolescents qui veulent avoir une équipe au sein d’une école sans avoir d’adulte responsable pour les soutenir, mais ces obstacles sont justement ce qui rapproche les joueurs! Liés entre eux par l’amour du jeu et la volonté de garder le droit de jouer, ils se rapprochent beaucoup, et passent des tonnes de temps ensemble, ce qui entraîne une chimie d’équipe!

11096525_806833502724449_4267797780304291129_n

Développer la critique constructive : Comme les joueurs n’ont personne pour commenter leur jeu et les aider à cibler les choses sur lesquelles ils doivent travailler, ils doivent apprendre à le faire par eux-mêmes. Ils doivent aussi trouver comment exprimer des recommandations aux autres joueurs sans être blessants. Si ces choses peuvent être problématiques au début, une fois assimilées, elles permettent au joueur de repérer tout au long de sa carrière les défis qui se présentent à lui, et donc, à augmenter son niveau de jeu.

Développer la compréhension du jeu : Dans la mesure où les joueurs n’ont personne pour leur conseiller quand entrer et comment faire des interventions pertinentes, ils apprennent – certes, un peu sur le tas et à coup d’erreurs parfois regrettables – à sentir par eux-mêmes les moments où l’impro a besoin d’une intervention. Cette capacité ne s’enseigne pas, elle se développe à force de jouer et de regarder, et elle a tendance à le faire plus rapidement quand le joueur n’a pas de guide pour l’aider dans ce domaine.

Jouer « par soi-même » : Un phénomène souvent observé est la difficulté qu’éprouve un joueur en passant du secondaire au postsecondaire. Souvent, une partie de ce qui déstabilise ces joueurs, c’est qu’ils doivent s’habituer à jouer sans leur entraineur pour les guider. Le fait de ne pas avoir d’entraineur évite ce problème! Les joueurs dans cette situation sont habitués à se débrouiller sur le banc, autant pour les caucus que pour le reste, et sont donc moins incommodés par cette adaptation.

11107727_823997181008081_3749518684596462662_n

Se découvrir : Les joueurs doivent également apprendre à jouer par eux-mêmes. Souvent, ils n’ont pas l’occasion de voir des joueurs plus expérimentés, et doivent faire preuve d’autonomie pour découvrir le style qui leur convient. Comme ils ne peuvent pas se fier à une autorité supérieure pour forger l’équipe, ils doivent trouver leur place, ce qui donne lieu à un groupe de joueurs individuellement indépendants, mais également à une équipe fonctionnelle.

Bien sûr, chaque expérience est différente. Je base ces avantages sur mon expérience personnelle. Je dois avouer que, malgré ces bons côtés qui m’aident encore aujourd’hui dans mon jeu, j’aurais bien aimé avoir un entraîneur à l’époque de mon secondaire. Toutefois, on ne peut changer le passé, et je ne peux que considérer cette expérience comme une opportunité qui m’a été offerte d’apprendre par moi-même. Donc, pour toutes les équipes un peu partout qui rencontrent des difficultés à se trouver un entraîneur, année après année, rappelez-vous que ce n’est pas indispensable pour pouvoir jouer!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s