Arbitres : Quoi surveiller quant aux catégories

Par Michel M. Albert

C’est déjà assez complexe pour un arbitre d’évaluer une improvisation libre. Y a-t-il entraide et coopération ou refus et rudesse ? Est-ce que l’histoire fait du sens et avance au bon rythme ? Est-ce que les joueurs respectent les éléments techniques et exploitent le thème ? C’est déjà beaucoup à jongler.

Quand l’impro a une catégorie NON-libre, on vient d’ajouter une complexité additionnelle, non seulement pour les joueurs qui doivent exploiter cette nouvelle contrainte/opportunité, mais pour l’arbitre qui doit aussi s’assurer que la catégorie est bien rendue. Voici donc ce que l’arbitre doit surveiller dans chacune. C’est long, on va faire ça en deux morceaux ; la suite la semaine prochaine.

19203_805184082889391_3819392703734535060_n

À la manière de
Toutes différentes, elles ont quand même quelques points en commun. Elles ne sont pas des PARODIES (sauf à la manière d’une parodie) et l’arbitre doit s’assurer que l’auteur ou genre est respecté, que l’impro aurait vraisemblablement pu venir de sa plume et n’est pas une moquerie du style. La parodie peut être tolérée si l’auteur est un genre au complet (après tout, le « western » comprend des comédies qui s’en moquent), mais pas si c’est un auteur spécifique. L’impro doit, en bout de ligne, donner une expérience différente au public en exploitant à fond ce qui rend l’auteur distinct. Il est usuel pour l’arbitre de parler aux équipes avant le match et leur donner de bonnes pistes pour réussir la catégorie, donc il est particulièrement important de faire les équipes au moins respecter ce qui a été dit dans cette discussion.

Si l’auteur vient d’une certaine époque, des anachronismes (même dans le langage) peuvent ruiner l’illusion qu’on essaie de créer. Les clichés ne seront aucunement tolérés à moins que l’auteur en question utilise toujours les mêmes personnages ou le même monde (mais encore, seulement jusqu’à ce point). Donc, on en peut pas décider de refaire Star Wars dans l’à la manière de George Lucas, car il a aussi fait d’autres choses, mais peut-être que l’arbitre décidera que J.K. Rowling n’a vraiment qu’écrit des histoires qui se passent dans le monde de Harry Potter et allouera Hogwarts, etc. sans pourtant permettre aux joueurs de servir du réchauffé au public en reproduisant ses histoires.

Pour le reste, cela dépend vraiment de l’auteur/genre spécifique.

11205136_823993817675084_4094727128436824983_n

Avec accessoire
L’accessoire doit être en utilisation pas mal constante. On ne peut le laisser inactif trop longtemps sans être passible d’un non-respect de la catégorie. En mixte, il est important de voir à ce qu’un joueur ne monopolise pas l’accessoire, ce qui pourrait être passible de rudesse. Une rudesse pourra aussi être décernée si l’accessoire est brisé par les joueurs. Si un accessoire est lancé hors de l’arène, le joueur responsable pourra se récolter une procédure illégale, et l’objet est perdu – les joueurs devront se débrouiller sans celui-ci.

Chantée
La grande question c’est : Est-ce que rapper, c’est chanter ? En chantée, quand le rap est traduit avec la même approche au spectacle (gestes du hip-hop, microphones, violence verbale, etc.), on pourra mieux l’accepter. Le danger, c’est quand on s’éloigne de ce qui rend le rap distinctif pour en faire un simple rythme de débit d’une personne qui parle. L’arbitre devra décider si les joueurs ont dépassé la limite.

Dramatique
Souvent, les joueurs avec moins d’expérience ont tendance à faire du mélodrame plutôt que du drame. La différence est importante. Dans le mélodrame, les larmes sont forcées, et les malheurs se multiplient au rythme de deux par minute : « Mon père est mort, j’ai perdu ma job, mon mari m’a laissé, j’ai le cancer… ah, et mon chien vient d’être frappé par une auto. » Aussitôt que les événements commencent à devenir trop tirés par les cheveux, trop absurdes, l’arbitre devrait commencer à évaluer si la catégorie a bien été respectée.

L’arbitre ne devrait pas automatiquement sévir, cependant, si les improvisateurs font des punchs. Il doit évaluer si le punch en question était quelque chose que le personnage dirait dans sa situation ou non. Dans une situation réelle, plusieurs personnes font des farces pour éviter de montrer leurs véritables sentiments ou pour être cruels, ce qui ne détracte pas de la réalité souvent demandée de la dramatique.

11133760_805206632887136_8632138654610457241_n-2

Fixe
Au-delà des contraintes techniques de la catégorie (c’est-à-dire le respect des règlements), l’arbitre devra s’assurer que l’improvisation rattrape bel et bien le « portrait » crée par la fixe au départ à un moment donné, soit au total (les joueurs sont dans le même portrait), soit individuellement ou en vignettes (les improvisateurs sont dans différents moments qui seront rattrapés individuellement.

En ce qui est des expressions faciales qui, elles, ne sont pas aussi figées dans le temps vu qu’on doit quand même bouger nos lèvres pour parler, l’arbitre pourra rester flexible, mais devra décider si les joueurs exagèrent et brise l’illusion du portrait fixe.

Humoristique
La tolérance par rapport au cabotinage ne donne pas exactement carte blanche aux joueurs. Ils peuvent faire de la parodie, mais ne peuvent tomber dans le cliché au point où ils utilisent les farces des autres ou des portions de sketchs dont ils ne sont pas les auteurs. Les joueurs peuvent être décrochés en faisant leurs personnages faire des clins d’œil au public, mais pas en pouffant de rire. Ces exemples sont mentionnés, parce qu’un arbitre qui relaxe un muscle particulier a tendance à tous les relaxer. Donc, oui, relaxez votre sévérité quant à plusieurs punitions, mais assurez-vous tout de même que les joueurs sont en train de créer (pas de copier) et que leur improvisation fait du sens même dans un univers où tout est drôle (qu’il respecte donc la logique d’un sketch d’humour).

Revenez-nous pour la deuxième partie de cet article où nous couvrirons le reste des catégories officiellement acceptées au Nouveau-Brunswick.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Une réflexion sur “Arbitres : Quoi surveiller quant aux catégories

  1. Ping : Arbitres : Quoi surveiller quant aux catégories 2 | Improvisation NB

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s