Ateliers de base : Les quatre vérités

Par Michel M. Albert

Le blogue trouve important d’offrir des ateliers de base que l’on donne habituellement aux improvisateurs comme ressource aux nouveaux entraîneurs et pédagogues de l’impro. Pour le lecteur plus expérimenté, nous analyserons chaque atelier afin d’identifier quels atouts sont développés par son entremise.

Atelier

11224584_824106864330446_5164794688177854426_n

Instructions
Un exercice en vue de bâtir une équipe-étoile plutôt que pour grand groupe, « les quatre vérités » se veulent surtout pour des improvisateurs d’une certaine expérience et maturité, à faire peu après l’assemblage d’un groupe de joueurs qui pourront faire partie de l’équipe qui représentera une école ou université.

L’entraineur doit préparer pour chacun de ses joueurs deux (2) qualités d’improvisateur sur lesquelles bâtir, et deux (2) défauts sur lesquels travailler. Tour à tour, les joueurs se font dire leurs qualités et défauts avec explication de ce qui est attendu d’eux dans les pratiques et matchs à venir.

Il est important que tous les joueurs du groupe soient présents et qu’ils écoutent ce que l’entraineur a à dire, sans rouspéter quand c’est leur tour.

11817118_861429593931506_4051202750897611572_n-2

Variantes
Quand une équipe a des vétérans d’expérience, l’entraineur peut aussi leur donner droit de parole et partager la tâche d’expliquer les qualités et défauts des autres joueurs, mais ils doivent aussi avoir leur tour. Il est aussi possible de donner droit de parole à tout le monde, et les faire discuter des qualités et défauts de chacun.

Tout dépend du temps accordé à l’activité, et à l’atmosphère que l’entraineur veut faire régner au sein de l’équipe. Dans l’exercice de base, il prône peut-être la discipline. Dans la première variante, il fait de ses vétérans des partenaires qui devront servir de mentors aux recrues. Dans le dernier cas, on ouvre la porte à ce que tout le monde sente qu’il a le droit de parler et ce, à toutes les pratiques, question d’huiler le mécanisme de discussion qui est si important à la chimie et l’amélioration d’une équipe.

Le temps le permettant, il est suggéré de répéter l’exercice juste avant le tournoi, quand l’équipe est prête, cette fois donnant parole à tout le monde. Les joueurs doivent s’exprimer sur chacun de leurs co-équipiers (et leur entraineur) se concentrant sur le positif et accentuant la confiance que les joueurs éprouvent les uns pour les autres.

22818_805183942889405_6073490897535601446_n

Pourquoi c’est utile
Un joueur qui ne questionne jamais ce qu’il fait ne s’améliore pas. Cet exercice offre donc une rétroaction honnête et globale sur le jeu et donne des objectifs à atteindre pour chacun à travers le processus des pratiques d’équipe, tout en établissant un vocabulaire commun à l’intérieur de l’équipe sur lequel l’entraineur peut s’appuyer d’ici le tournoi pour lequel on se prépare.

En faisant l’exercice devant tout le monde, et en offrant du bon et du moins bon à chacun, on place tout le monde sur un pied d’égalité. Personne n’y échappe, et tout le monde doit ensuite se garder honnête, rappelant à son co-équipier qu’il refait son tic, alors qu’il nous avise quand on replonge dans le même vieux cliché. Ainsi on transforme tout le monde en co-entraineur.

Si l’équipe n’a pas encore été finalisée, l’exercice offre à l’entraineur l’occasion d’évaluer la réaction de ses joueurs à la critique, quelque chose qui sera important dans le processus de pratique du jeu. Si quelqu’un prend ses « 4 vérités » mal, cette personne sera probablement problématique au sein de l’équipe, par exemple. Il est important pour l’entraineur de bien juger le niveau de maturité de ses joueurs avant de se lancer dans l’exercice cependant, et doser sa façon de faire selon cette évaluation. Des joueurs plus jeunes sont souvent plus fragiles et requiert du tact et de l’encouragement plus que, par exemple, des joueurs universitaires. L’expérience pourra sembler brutale pour certains, douce pour d’autres selon votre style et votre personnalité.

10384096_659016647506136_4479912287038407735_n-2

Et philosophiquement
L’impro-match, c’est difficile parce qu’on se fait constamment juger. Un arbitre juge de la qualité de notre jeu et y trouve les problèmes – les relève même en public ! – et ensuite des spectateurs votent pour les performances qu’ils ont préférées, la moitié du temps, pas la nôtre !

Les 4 vérités testent les joueurs de la même façon, avec un jugement par des pairs, un jugement qui vise l’amélioration de chacun, et qui est fait derrière portes closes en toute sécurité.

La conversation initiée lors de l’exercice doit se poursuivre tout au long de l’année. Elle crée une base sur laquelle les joueurs peuvent se comparer et suivre leur progrès, mais aussi crée un vocabulaire que ces joueurs peuvent et devront utiliser entre eux pour mieux évaluer leurs performances sans que le regard de l’entraineur ne soit nécessaire. Les joueurs qui se questionnent sur leur jeu seront ceux qui auront les meilleures chances de « débloquer », de se renouveler, et de s’améliorer.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s