Mimétisme ou contraste ?

Par Michel M. Albert

Quand deux joueurs se rencontrent dans l’arène, dans une situation purement improvisée où l’histoire n’est aucunement décidée (un caucus « mou »), le premier joueur à adopter un personnage clair lancera en quelques sortes à l’autre une invitation à faire un choix : Mimétisme ou contraste ?

13426_805174612890338_1330966361323859040_n

Dans le cas du mimétisme, le joueur aura le réflexe d’être COMME ce personnage. Si le contraste, le joueur choisira d’être DIFFÉRENT, voire L’OPPOSÉ, du premier personnage établi. Ce qui ne veut pas dire que les personnages seront amis dans le premier cas, et ennemis dans le second. Il est possible pour des personnages pareils de se détester ou d’être en compétition un avec l’autre (on reconnait ce qu’on n’aime pas de nous-même) ; et tout aussi possible d’être ami avec quelqu’un d’opposé en personnalité, offrant une variété intéressante dans un duo de protagonistes (le genre de film « buddy cops » est un bon exemple, pensez a Bon Cop Bad Cop, par exemple).

Le « choix » est souvent involontaire, remarquez. Certains joueurs sont même prédisposés à imiter l’autre, embrasser son idée, et pour éviter un conflit de personnalité, DEVENIR le personnage de l’autre. D’autres cherchent à créer un conflit du départ, et vont plutôt opter pour le personnage-contraste. Tout ça se fait assez inconsciemment.

Mais savoir que ça se passe est un premier pas vers apprivoiser le réflexe et le rendre conscient et volontaire. Un VRAI choix. Est-ce que l’impro bénéficierait de deux protagonistes très semblables, qui agissent un peu comme un seul personnage, en conflit avec un univers adverse ? Ou est-ce qu’il serait mieux de se concentrer sur la relation entre les personnages, leurs différences, conflits et/ou étrange amitié ? Dans le premier cas, le conflit viendra souvent de l’extérieur ; dans le second, une bonne part du conflit sera interne à la relation entre les moteurs.

10805780_805174972890302_2224157627599913043_n-2

Et on peut doser. Si un personnage semblable est choisi, il peut quand même offrir un contraste. Par exemple : Les deux personnages sont de gais lurons, un peu niaiseux sur les bords. D’accord. Mais un des deux pourra être légèrement plus niaiseux et toujours se fier à l’autre ; ou alors un des deux pourra être niaiseux, mais penser qu’il est intelligent ; et ainsi de suite. Pareils, mais différents.

Le contraste est probablement toujours mieux que le mimétisme, car là se trouve la friction entre les personnages, et l’humour que l’on reconnait à remarquer leurs différences. Donc même si un personnage semblable est choisi (instinctivement ou volontairement), il reste utile et important de chercher à différencier son personnage de l’autre, de lui donner cette TEXTURE. Cherchez pour cette petite différence et exploitez-la. Votre personnage vous en remerciera.

Alors, votre pensée là-dessus est-elle pareille, ou complètement différente ? 😉

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s