Chance égale pour tous!

Par Annik Landry

On a tous une idole d’impro, quelqu’un qu’on a vu jouer, qui nous a fasciné et on s’est dit : wow, j’aimerais tellement être bon comme lui! Oui, c’est vrai, il y en a qui sont bons, genre vraiment bons, genre tellement bons que t’as envie de courir te cacher quand tu rentres dans une mixte avec eux. Ben sûr, il gagne l’impro… mais tu n’es pas fâché… parce qu’il le mérite.

10402979_861428333931632_3902106324707705236_n

On entend souvent le : oui mais moi chu pas bon! Ok, ta rapidité d’esprit n’est peut-être pas la meilleure, mais d’utiliser cette phrase comme excuse pour ne pas pousser tes propres limites, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux. Regarde le jeu d’un point de vu extérieur et tu comprendras qu’il y a des éléments à l’impro qui sont égaux pour tous.

Case départ : À chaque impro, c’est à recommencer. Tu as beau avoir fait la meilleure performance de ta vie; si tu rentres dans la prochaine impro, tu repars à la case zéro. Tu dois reconquérir ton public à TOUTES les fois! Et ça, même les meilleurs doivent passer à travers. Vient avec ça la critique d’un BON public. Je ne parle pas ici de tes meilleurs amis, ou de papa/maman qui viennent voir un match et qui vont toujours voter pour toi. Je te parle de ce public qui sait reconnaître de la bonne impro. Ce public-là, il est impartial. Bien sûr, ces spectateurs sont excités quand un bon joueur embarque dans l’arène, mais s’il se plante, il aura droit au «  Ich…. ça s’tait pas fort! » comme tous les autres.

11181764_823684357706030_8668750453499406254_n

Nos défauts : On fait souvent valoir nos qualités à l’impro, nos points forts, comme on dit. Mais il faut faire attention : on reçoit quelques compliments sur ces points forts et hop! On le refait, over and over, sans explorer ailleurs, parce que la voie facile fonctionne. Mais notre très cher public se lasse rapidement de la redondance et on perd leur intérêt (ou pire encore, il le prévoit avant même que vous le faites!). Mais nos défauts, on ne sait pas comment dealer avec. On sait qu’on les a, mais on ne veut pas en parler… c’est gênant, tsé… Alors il faut sauter les pieds joints sur son orgueil et les décortiquer le plus possible. On te dit que tu ne portes pas en place dans une impro? Utilise cette énergie pour construire un personnage au physique extrême. Tu ne parles pas fort? Ben mime! On verra bien ou ça te mènera. Tu chantes mal? Pas grave, une princesse qui râle, ça peut être TRÈS divertissant. Tu es gêné? Rentre tes épaules par en dedans et fais des personnages introvertis! Une chose est sure, ce sera original.

L’élément de surprise : Qu’on soit débutant ou vétéran, chaque fois qu’une impro commence, il y a un éclair d’insécurité qui nous traverse le corps. Cette fraction de seconde de ousqu’on va? Qu’est-ce que je fais? Qu’est-ce que l’autre a en tête? À toi d’utiliser cette nervosité comme un boost pour commencer l’impro. La transformer en peur, ça n’a jamais fonctionné!

11136619_806842882723511_8024876156686041448_n

Un chandail : Eh non, je ne vais pas vous dire d’utiliser votre chandail. Pourquoi? Parce que c’est devenu surutilisé, non-justifié et encombrant (mais ça, on en parlera plus longuement dans un autre article!). Je veux simplement vous rappeler qu’il est là pour créer une neutralité. Il est là pour te permettre de te concentrer sur ton jeu au lieu de te préoccuper de ton T-shirt un peu trop serré qui a remonté. Et parlant de vêtement, ça aussi c’est égal pour tous : Tu as le CHOIX de t’habiller confortablement. Oui, le choix! Tu es la seule à blâmer si tu n’as pas pu donner ton 100% dans la musicale parce que ta jupe était trop courte ou tes jeans trop serrés!

Un terrain délimité : Apprend à connaître l’arène. Il y a des endroits forts pour les monologues, pour faire des apparitions surprises, être en retrait, des façons de faire des sauts dans le temps, etc… L’équilibre de plateau comme on dit en théâtre. Si tu fais un beau monologue hyper touchant, mais que tu es au fond à gauche pendant qu’un autre joueur épluche une banane à l’avant-scène centre, désolé pour toi mon coco, mais je ne te regarde pas. La banane prend toute l’attention. a ne veut pas dire pour autant qu’il faut toujours être au centre. Il faut doser, savoir prendre sa place et s’envoyer la balle pour que la qualité du jeu soit toujours au maximum.

11210453_824000857674380_4780734106832329969_n

Le temps : L’élément le plus essentiel en improvisation! On a la chance d’avoir un arbitre qui nous donne le temps, alors il faut l’utiliser à son avantage. Une impro de 30 secondes, c’est un punch. Mais si vous faites le punch dans les premières 10 secondes, vous faites dur pour les prochaines 20 secondes! Ce qu’on cherche, c’est de la construction pour 20 secondes et un beau punch juste avant le coup de sifflet. Comme si c’était arrangé avec le gars des vues! Il n’y a rien de pire, et on l’a tous déjà fait, de revenir sur le banc et de dire : shoot, j’ai pas eu le temps de dire mon punch! Une impro de 1 minute, ils vont aller quelque part et c’est parfois risqué de rentrer un troisième joueur. Il peut soit freiner (donc ruiner) ou puncher. Une impro de 2 minutes? On peut se permettre une péripétie ou deux. De longues impros? 4-5-6-7 minutes? C’est le temps d’installer des choses, un élément déclencheur, des curve balls, un détail qui était là au début et qui revient à la fin, etc… Ce qui fait qu’une impro est bonne, c’est quand elle avait l’air répétée, planifiée. Faut d’abord être vraiment à l’écoute, mais quand on met le chrono de son bord, on arrive à faire des dénouements dignes d’une pièce de théâtre!

Chaque domaine a ses outils et ils sont disponibles à tous! Les nôtres sont cachés dans notre jeu, l’arène et notre équipe. Faut savoir les explorer. Pour le reste… c’est l’éternel combat de l’improvisateur que de toujours chercher plus, toujours se surpasser et toujours jouer comme si c’était ta dernière impro.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s