Peu importe le titre, on est dans l’équipe

Par Martin Savoie

C’est le moment où les équipes se forment. On se présente aux auditions, on donne tout ce qu’on a, on commence à connaître des gens et on souhaite plus que tout avoir la chance de jouer avec eux. Puis, les équipes sont annoncées. Capitaine, assistant, joueurs partants et substituts, lesquels ne joueront habituellement pas tous les matchs, mais prendront tout de même part aux tournois ou à certains matchs de la saison régulière.

11246263_823995234341609_3933047679578845670_n

Sur le coup, on peut se poser plusieurs questions. N’ai-je fait bonne impression? Pourquoi ne me faire jouer que quelques matchs au lieu de jouer un tournoi au complet, voire toute l’année?

En fait, renversons la question : Qu’est-ce qui nous VAUT un poste dans l’alignement? Voyons le tout d’un œil positif et arrêtons de s’attarder au titre. On a mérité une place au sein de l’équipe, donc arrêtons de se rabaisser pour quelques matchs en moins!

On va mettre ça au clair tout de suite : Un substitut, c’est un joueur, un membre à part entière de l’équipe, une composante d’un tout. Il est là pour les activités, crée une chimie avec les joueurs, participe aux pratiques… Entre les tournois ou les matchs d’une ligue, il fait absolument tout ce que fait un joueur régulier, donc reçoit les mêmes opportunités de développement et de formation.

10347803_806828812724918_2429466152353500904_n

Lors des matchs des ligues ou des tournois, on a la chance inouïe de prendre part aux joutes ET de les observer. On peut améliorer notre jeu en regardant, donc ça nous donne une double opportunité de se développer comme joueur. Lorsqu’il ne joue pas, le substitut a une chance d’apprentissage enviable puisqu’il prend part aux discussions avant, pendant et après le match qu’il est en train d’observer. De par sa position particulière, il offre un tout autre point de vue du match que son équipe a joué, soit celui d’un public qui connaît les joueurs, leur style et leur potentiel. Il est assis dans la foule, au beau milieu des réactions, et peut donc en faire part à son entraîneur et ses coéquipiers.

De plus, contrairement au joueur sur le banc, le substitut, lui, n’a qu’à se concentrer sur ce qui se passe sans penser à son jeu dans le moment immédiat. Il devient donc une sorte de stagiaire, une personne qui observe ce qui se passe tout en une formation, et qui a la chance de temps à autre d’appliquer ce qu’il est en train d’apprendre.

11146519_806829012724898_8818744136209275701_n

Il faut comprendre que le développement d’un joueur ou la transition d’un niveau à l’autre est une chose qui ne se fait pas au même rythme pour tout le monde. Mais le fait d’être sélectionné à titre de substitut est un gage de confiance de la part de notre entraîneur ou des décideurs de la ligue à laquelle nous prenons part. On a vu un potentiel, voire même un aspect qui ferait de nous un élément qui saurait répondre à un besoin en l’absence d’un joueur. On croit que le style de jeu de l’équipe en est un dans lequel on se sentirait à l’aise et dans lequel on pourra évoluer et devenir, à long terme, un atout pour l’équipe ou la ligue. En gros, les raisons motivant la sélection d’un substitut sont multiples et ce n’est pas fait par rapport à ce que l’on fait de mal, mais ce que l’on fait de bien.

Le poste de substitut, oui, c’est une étape supplémentaire avant de devenir joueur régulier, mais il ne faut pas s’en décourager pour autant. Il faut saisir l’opportunité avec tout le positivisme possible. Restez motivés, énergiques, vous avez la chance de faire une bonne impression pour les années à venir et continuer de gravir les échelons. Vous avez plus qu’une audition maintenant pour faire une bonne impression, vous avez une année au complet. Carey Price n’est pas devenu le gardien partant dès sa première saison avec les Canadiens. Il faut persévérer, garder la tête haute, démontrer nos forces et, au final, le résultat aura valu ces quelques matches en moins l’année d’avant!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “Peu importe le titre, on est dans l’équipe

  1. Etre substitut est une belle partie de la carrière de joueur. Ca donne l’opportunité de passer du temps avec des joueurs, absorber incroyablement d’information et travailler sur son « évaluation personnelle ». Il y a des très bon joueurs qui ont commencé comme étant substituts, des Fred Melansons de ce monde, et des très bon joueurs qui ont remplis le role de substitut sur l’équipe Étoile de l’U de Moncton, des John Bouchers et des Sylvains Ward, qui ont su être des incroyables co-équipiers, apporter à l’équipe mais ne pas mettre le pied dans l’arène. Les substituts… ca rock!

    • Quand on parle de substituts, John Boucher à la CUI 97 me vient toujours en tête. C’était p-e insatisfaisant pour lui dans le court terme, mais il a contribué énormément au succès de cette équipe finaliste. Un gros gros morceau.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s