Des têtes enflées, ça pourrait exploser!

Par Isabelle Godin

L’une des plus belles choses en lien avec l’improvisation, c’est comment les gens qui y prennent part sautent la tête première. Les officiels, les joueurs, nous sommes tous passionnés et nous voulons en apporter le plus possible au jeu. Pour se faire, nous devons tous développer notre confiance afin d’offrir le meilleur de notre performance. Le problème avec cette confiance, c’est que parfois elle peut venir nourrir l’égo de l’improvisateur. Lorsque l’égo prend le dessus sur tout le reste, le résultat final est un spectacle qui peut facilement devenir agressant à voir et à subir durant lequel tous et chacun ne cherchent qu’à prendre le « spotlight », à avoir ses 5 minutes de gloire. C’est bien simple, les improvisateurs victimes d’un égo enflé, qu’ils soient joueurs, arbitres ou bénévoles, n’auront autre chose en tête qu’eux-mêmes. Leurs gestes sont calculés, leurs interventions contrôlées, car tout ce qui compte, c’est ce que ça va leur rapporter à eux. L’égo passe en premier, le spectacle ne passe qu’en deuxième.

teteenflee1

L’improvisation est d’abord et avant tout un travail d’équipe. Je ne parle pas ici seulement des équipes qui s’affrontent dans l’arène, bien au contraire. Si une ligue ou un tournoi n’a pas une équipe bien rodée de joueurs, officiels et autres bénévoles pour sa préparation, le roulement du spectacle en souffrira. C’est en observant les personnes impliquées avant et après les matchs qu’on peut commencer à déceler les problèmes potentiels d’égo. Monter et démonter la salle, être attentif durant les échanges en préparation au match, juste être présent à l’avance : ces quelques gestes démontrent un intérêt plus grand envers le jeu qu’envers sa personne. Je ne dis pas que quelqu’un qui ne peut être présent à temps pour donner un coup de main n’a pas sa ligue à cœur, mais bien que quelqu’un qui ne reconnait pas l’importance de ces moments pourraient vraisemblablement démontrer d’autres signes d’égo enflé.

Au niveau du match comme tel, on reconnaitra un joueur et son égo à la façon dont il interagit avec son équipe et l’équipe adverse. Il faut faire confiance à son équipe pour emporter leurs idées à terme. Donner du temps de glace à tous les joueurs et ne pas toujours avoir le même moteur démontre une bonne compréhension du jeu et une relation saine au sein d’une formation. Un joueur à l’ego démesuré aura tendance à entrer trop souvent pour « sauver » des impros qui parfois n’en ont vraiment pas besoin. Il peut être rude et manquer d’écoute, car SON intervention est ce qui lui importe. Comment faire la distinction, vous me demandez? On ne peut accuser quelqu’un d’avoir un gros égo alors qu’il ne cherche qu’à sauver le show vous me dites? Je suis d’accord! Le prix de plombier existe quand même pour une raison. En fait, la façon la plus simple pour comprendre la différence entre une intervention sauveuse et une prise de contrôle est d’observer si le joueur se retire une fois que son intervention est faite. Soumettez votre idée, guidez les moteurs dans cette direction, puis retirez-vous. Trop souvent le troisième personnage en vient à voler la vedette et les moteurs perdent de leur importance.

teteenflee2

Il n’y a pas non plus que les joueurs qui peuvent faire preuve d’un égo démesuré. L’arbitre peut se proclamer le maître incontesté de l’arène s’il le désire, mais il n’est pas la seule entité d’importance dans celle-ci. La première étape durant laquelle un arbitre doit se mettre en retrait pour le bien du spectacle a lieu bien avant le début du match (enfin je l’espère…) lors de l’écriture de ses thèmes. Une chose qu’il faut garder en tête, c’est que l’improvisation est un spectacle de variété. Grâce aux catégories qui sont attribuées durant un match, on assure des variations sur son fond et sa forme. Le reste du carton sert lui aussi à assurer cette diversité qui offre un meilleur spectacle. Les durées dicteront si on misera plus sur une bonne construction d’histoire ou sur un punch. Le nombre de joueurs permettra d’imposer un défi ou d’assurer que l’on voit de différents visages. Je crois par contre que le titre (ou le thème comme tel) est la meilleure façon pour l’arbitre d’assurer que le spectacle soit diversifié.

Je n’entrerai pas en détails sur la façon de varier vos thèmes, ça déjà été très bien fait ailleurs sur ce blogue. Je veux plutôt renchérir sur l’importance de comprendre que les thèmes sont là pour les joueurs et non pour celui qui les écrit! Les thèmes ne servent PAS à démontrer la créativité de l’arbitre. Au contraire, ils servent à permettre aux joueurs de démontrer la leur! Un jeu de mot, un thème loufoque ou une blague de temps en temps, ça passe, mais quand on en fait trop, on bloque la créativité des joueurs et on rend le match difficile à suivre pour la foule. Notre égo nous pousse parfois à tenter d’aller chercher un rire ou un « ooouuuuhhhh » dans la foule. Il faut faire attention et toujours garder en tête que, bien qu’il fasse partie intégrale du match, l’arbitre n’est qu’un élément du spectacle parmi tant d’autres. Il n’est pas LE spectacle.

Un piège dans lequel plusieurs arbitres sont déjà tombés est de trop s’attacher à leurs thèmes. Un arbitre écrit un carton dont il est très fier, s’imagine 2 ou 3 improvisations que les équipes pourraient créer et lorsque celles-ci font quelque chose de différent que ce qu’il a imaginé, son égo fait qu’il se sent insulté, voire trahi. Il faut savoir faire son deuil et laisser aller ses thèmes une fois qu’ils sont lus. Y a-t-il quelque chose de plus frustrant qu’un arbitre qui explique sa punition par des termes se résumant à « Ce que vous avez fait n’était pas ce que je voulais voir donc je punis parce que je le peux! ». Si tu ne peux accepter que les joueurs ne suivent pas l’idée que tu t’étais faite en partant pour ton thème, lâche l’impro! Tu te sauveras bien du temps et des maux de tête. Écrit des pièces de théâtre ou des scripts de film à la place! L’improvisation est un art éphémère et changeant. Personne ne peut prédire avec exactitude la direction que le spectacle prendra et c’est très bien comme ça!

teteenflee3

Évidemment, l’arbitre peut aussi prendre trop de place durant le spectacle avec ses punitions et ses commentaires avant/après le vote. On est déjà assez limité dans le temps sans pour autant voir un arbitre ainsi couper le temps de jeu des équipes. Ça s’applique aussi aux maîtres de cérémonie qui prennent trop de place pendant leurs interventions ou les DJ qui cause du ralentissement au match en ne jouant que des chansons populaires que le public ne veut pas arrêter de chanter. Il faut savoir mettre notre égo de côté et laisser tout le monde prendre la place qui leur revient.

Je ne cherche pas à généraliser. Je cherche simplement à discuter un point que je considère important. Pensez à vos dernières expériences d’impro. Revenez en arrière et réfléchissez à votre motivation. Le même geste peut être le fruit de l’égo ou être une offrande au jeu selon les circonstances dans lesquelles il a été posé. On est tous un peu égocentrique, mais il faut faire attention de ne pas se laisser emporter par notre besoin d’être reconnu. Il n’y a rien de mal à aimer l’impro pour le rush que ça vous procure ou pour déconnecter de la réalité. Si vous ne le feriez pas en partie pour vous-mêmes, pourquoi le feriez-vous? L’important, c’est de reconnaître que nous offrons tous et chacun un spectacle à un public et que c’est donc pour lui que nous devrions jouer. Si on se fait plaisir du même coup, ce n’est que du bonus!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

3 réflexions sur “Des têtes enflées, ça pourrait exploser!

  1. Complètement d’accord, je crois que toute le monde en impro à déjà tomber dans un petit trip d’ego. C’est naturel ta voulu être sur scène, il faut avoir au moins un peu d’ego pour le faire. Juste lundi passé à la LICUM un des juge de ligne fessait une petite dance entre chaque périodes, pourquoi?! C’est une pause pour la foule aussi la la. (Je ne vais pas nommer de nom, je vais juste dire que son nom rime avec Mandy Mohnston.) Mais ca nous arrive toute de temps en temps.

    Aussi, la dernière photo c’est Whiplash Mike?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s