Confessions d’une mascotte d’impro

Par Gazou Maltais

Vous me connaissez probablement de réputation, sinon personnellement. Je suis vocal, mais je n’ai jamais raconté mon histoire. Comprenez, ce n’est pas parce que j’ai dormi 80% des derniers 15 ans que je n’en ai pas une. La voici.

Ah oui, je suis un chat. Est-ce que j’avais oublié de le mentionner ?

gazou1

Si vous vous demandez qu’est-ce qu’un félin fait à vous raconter son histoire, eh bien vous comprendrez par mon nom (ou du moins, un de mes noms, un chat en a toujours plusieurs*), que je suis le propriétaire de plusieurs improvisateurs.

Deux arbitres d’impro, en effet, m’on sorti de prison à un jeune âge, Michel Albert et Gwen Maltais, d’où mon nom de famille, et m’ont nommé d’après leur instrument à punition. Sans le réaliser, ils m’ont donné le nom d’un ancien membre de la Licum, Hector Maltais Jr. qui, dans sa famille et son entourage, était appelé « Gazou » (si bien qu’avant la première prise des présences dans sa classe de 1ère année au primaire, il croyait que c’était son vrai nom – Hector était le nom de son père, pas le sien, après tout+) et personne n’a vraiment d’explication pourquoi ce surnom n’a jamais été utilisé dans le contexte d’impro quand s’aurait pourtant été la chose évidente à faire.

Sa perte aura été mon gain.

gazou2

Les circonstances de mon adoption, et le cercle social élargi de mes « maîtres » (haha, une vraie joke, ce mot-là), a fait de moi, en quelque sorte, la mascotte de la Licum. Je n’ai jamais mis patte dans une arène d’impro (quand pourtant d’autres chats ont tenté l’expérience), mais j’en ai connu, des improvisateurs.

Dans mon expérience que j’avoue limitée, ce n’est pas du méchant monde, bien que ça aime jacasser et rire, deux types de sons que mon oreille reconnait comme ceux des hyènes et autres prédateurs de mon espèce. Je ne suis pas un fan. Cependant, ils comprennent bien le véritable BESOIN d’être le centre de l’attention, et en donnent autant qu’ils veulent en recevoir.

Je sais de quoi je parle. J’ai eu à date huit colocs improvisateurs. J’en ai accueilli personnellement des vingtaines d’autres à la porte. J’ai participé à leurs ridicules partys d’Halloween thématiques (c’est quoi cette obsession avec des « thèmes » ?). J’ai menacé Ludger Beaulieu de réactions allergiques mortelles, fait peur à Kevin Doyle, et mordu le derrière de la tête à Big Al Degrâce. J’ai ignoré les jouets qu’Alexandre Hébert m’a achetés, et mis toute mon attention sur les petits bouts de cordes du Home Depot ramenés par Etienne Boivin (moins, c’est plus, Bébert !). Et j’ai volé votre place, surement, quand vous vous êtes levé du divan.

Et pour ça, je n’offre aucunes excuses.

J’aurais peut-être eu quelque chose d’autre à dire, mais la fatigue me rattrape. Mike, ça ne te tente pas de visiter mes plats avec moi avant que je ne prenne une sieste ? J’ai comme un p’tit creux.

*La liste incomplète des mes noms inclut Mr. Peeps (nom fancy), Shinji (nom japonais), Thunderfoot (nom indien), et le nom secret que seul un chat lui-même connait.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “Confessions d’une mascotte d’impro

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s