Wilson… WILSON!!!

Par Pierre Castonguay

*Avertissement : Impro NB ce dissocie complètement des propos et opinions émis dans ce texte, ils ne regardent que l’auteur.*

L’arène, des fois, peut être comme une île déserte…

Souviens-toi de la première fois où tu t’es retrouvé seul, toute une soirée, chez tes parents. Le sentiment de liberté qui t’envahie, le pouvoir de décider de ce que TOI tu peux ou ne peux pas faire! Écouter la télévision, nu, avec un gros bol de chips, s’essuyer les mains à même les coussins du sofa, les pieds sur la table de salon. Quand j’étais petit… plus petit… mon père me disais toujours : « Tu es le seul maître de ta vie ». Non, ce n’est pas vrai… mon père ne me parlais pas… *Silence malaisant*

(Je suis fort, même dans un texte sur l’impro, j’ai réussi à installer des didascalies.)

11354810_10155718726780341_2048838099_n

Tout ça pour dire qu’une impro comparée, un joueur par équipe, devrait fournir le même sentiment de liberté. Tu es le capitaine du bateau, le pilote de l’avion, le conducteur d’autobus, la personne qui juge un adulte qui conduit un scooter… Tsé, t’as le contrôle!!!

Il y a plusieurs façons d’approcher cette impro. La façon que je préfère, est de mettre de l’urine d’impro-un-par-équipe femelle sur moi, pour pouvoir attirer le mâle et l’attraper plus facilement (mais je suis sûrement le seul qui utilise cette technique).

Si personne ne se propose, l’entraîneur sait déjà quel joueur il veut envoyer dans l’arène : un joueur confiant, avec une bonne expérience, qui peut à la fois tirer une larme et faire rire une salle au grand complet. Ou, il peut envoyer un joueur un peu moins expérimenté. Le jeune joueur tombe en mode panique et plus souvent qu’autrement, il va bien sans sortir. Il ne va peut-être pas gagner l’impro, mais il va assurément gagner du gallon.

Ce dernier choix est risqué. Il n’est pas toujours drôle de voir un joueur mourir dans l’arène… Quoi que, tout dépend du contexte. *Clin d’oeil coquin*

11351385_10155718706785341_1577084732_n

Le caucus est très important pour certains joueurs, mais ne soyez pas trop précis dans vos idées. Plus le joueur a des idées diversifiées, plus il pourra construire un personnage et/ou une histoire complète. Souvenez-vous que c’est LUI/ELLE qui se lance seul dans l’arène; personne ne peut allez l’aider pour les prochaines minutes.

À cette étape-ci, la rondelle est importante. Soit elle te pousse à sauter à pieds joints dans l’impro et faire ce qu’on est supposé faire… Improviser! Ou, elle te donne quelques minutes de plus pour rassembler toutes tes idées et créer une certaine ligne directrice. Mais ne tombe pas dans le piège de monter une impro déjà toute placée dans ta tête. Plus souvent qu’autrement, ça fait des impros assez moyennes et ça enlève la beauté du jeu qui est… Improviser! Un personnage, un semblant de punch pour la fin et POW, te v’là parti pour 5 minutes d’impro, libre comme un oiseau!! *Là, la chanson de Michel Fugain, Fait Comme l’Oiseau, commence*

Tuiiiiiiiit… Fruuuuuut… chachachacha… brwrwrwrwrw… zzzzzffffftttt… pickpickpowpow. (En tout cas, onomatopée de bruit de sifflet)

Tous les yeux sont rivés sur toi. Tu es le centre de l’attention. Dans le fond, c’est le contexte idéal pour la majorité des joueurs d’impro… Avoir toute l’attention sur soi!!!

11304416_10155718816030341_1711270939_n

Laisse ton instinct te guider, laisse-toi aller dans le jeu. Tu as toujours eu un fantasme de joueur? Faire un impro avec dix mille personnages pas cernables. Ou une impro plus sombre où la tension est palpable, où on pourrait entendre une mouche voler dans la salle. C’est le temps!!! Le pire qui puisse arriver, c’est que tu meures dans l’arène. Mais console-toi en te disant que je ne serai sûrement pas là pour rire de toi! *Clin d’œil coquin – take 2*

Tu as peur de te lancer? Ça dépend dans quoi tu veux te lancer. Dans un volcan, je peux comprendre, ça brûle. Mais en improvisation, je te suggère l’hypnose, ou simplement de te lancer dans les impros, pas seulement « un par équipe », mais de n’importe quelles natures/catégories/durées/etc.

Mais les « un par équipe », ce sont les meilleures impros pour bâtir une confiance de béton!!!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “Wilson… WILSON!!!

  1. Si j’ai une faiblesse majeure en impro, ou une chose qui me fait encore peur à mourir c’est le 1 par équipe… Peut-être parce que mes forces sont l’écoute et le respect et que je me sens moins comme si je peux reposer sur mes forces en solo, je ne sais pas. J’ai très rarement fait des 1 par équipe, je me retrouve presque toujours avec quelqu’un sur mon équipe qui en a envie. On a tous nos niches j’crois bien!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s