Etre dans « La Zone » ou « Gelé sur le banc » : Deux opposés qui cohabitent

Par Bass Levesque

À un moment donné, dans la vie d’un improvisateur, on atteint un état d’âme qui dicte et dirige nos actions. Cet état d’âme est difficile à atteindre de notre volonté. Ceci semble arriver par soi-même et rien ne l’arrête.

La Zone!
et/ou
Être Gelé sur le banc!

À vous de choisir. Les deux sont des opposés, mais les deux se manifestent de la même façon. C’est toujours inattendu.

11304456_10155706585075341_1170111525_n

Quand on est dans La Zone, nos sens sont éveillés, l’écoute est à son maximum, on comprend instantanément les propositions, on peut même dans certains cas prédire ce que les autres vont faire. La Zone ralentie le jeu et les réactions, et ouvre l’espace-temps pour vous permettre d’apporter vos punchs à terme avec une exactitude surprenante.

Imaginez que vous jouez au hockey, mais que le but adverse est la grandeur d’un but de soccer et que vous êtes le seul qui porte des patins… les autres sont en chaussures.

C’est ça « La Zone ». Un moment qui arrive quand tous les outils sont affutés, la confiance est haute, le tempo est en place et, comme disait un de mes coachs (Luc Leblanc… #NameDropping), les antennes sont ouvertes. Ça arrive! C’est merveilleux. C’est rare, mais ça arrive.

L’autre état est tout aussi imprévisible, mais est incroyablement difficile à vivre. Être « Gelé sur le banc » est une condition qui peut nous prendre à tout moment. On se sent souvent sur-stimulé, tout va vite, il y a trop de bruits, on pense tellement vite que l’on pense que l’on ne pense plus, les idées semblent être prises, un peu comme quand on essaye de trouver un mot qui est resté sur le bout de notre langue mais qui sortira bien trop tard pour aider à créer quoi que ce soit d’une histoire que l’on ne comprend à peine car on est trop occupé à penser à pourquoi rien nous vient.

11330465_10155706603885341_2120032360_n

« Être Gelé » est aussi vrai que « La Zone ». Ce sont, en réalité, des opposés qui coexistent comme la matière et l’antimatière. Ces deux états d’âme habitent l’arène et peuvent posséder un joueur en tout temps.

Ironiquement, la façon de gérer les deux états d’âme est sensiblement la même. Que ce soit être sur un nuage, ou ne pas pouvoir bouger, il faut comprendre que l’état d’âme est temporaire. Il faut donc savoir gérer l’esprit du joueur après, une fois l’état d’âme parti. Car l’improvisateur pourrait croire que La Zone ou Être Gelé est un état permanent, et il sera influencé négativement par cette croyance dans son jeu.

C’est certain que c’est facile de voir comment Être Gelé sur le banc peut influencer négativement un joueur. On perd de la confiance en ses outils, ses capacités, son apport au jeu, sa contribution à son équipe. On se sent comme un poids mort, un fardeau, un rabat-joie. Nous savons tous que la confiance est l’atout le plus important de l’improvisateur. Être Gelé n’est pas permanent, par contre. Ça arrive à tous les joueurs. Parfois on le vit comme une « faillite mineure » et le reste de l’équipe nous aide à passer à travers le reste du match, et d’autres fois, ça arrive au pire moment, quand « il faut performer », et on se retrouve seul sur le plancher à ramasser les morceaux de notre confiance qui seront à tout jamais brisés.

11304067_10155706442125341_742184162_n

C’est dramatique… mais ce n’est pas vrai. Il faut être capable, en tant qu’improvisateur, de reconnaitre que l’on a eu une mauvaise soirée, faire confiance à nos outils, et recommencer à zéro pour le prochain match.

Recommencer à zéro (un conseil d’un autre coach, Robert Gauvin #NameDroppingEncore) est essentiel, même imposé, quand on « fait de la compétition » à l’extérieur de notre patelin. Quand on va ailleurs, on ne nous connait pas, donc toutes les « insides jokes », les « béquilles du local », ne s’appliquent plus. Recommencer à zéro est un talent qui se développe et qui est présent chez tous les bons joueurs.

Être dans La Zone peut aussi avoir des effets dévastateurs (ok… dévastateur, c’est un gros mot… 4 syllabes pis toute) sur les joueurs. Un improvisateur qui se retrouve dans La Zone et qui croit qu’il n’en sortira jamais devient souvent un joueur sur-confiant. Et un joueur sur-confiant est un joueur qui oublie qu’il est membre d’une équipe, une équipe qui doit être utilisée au complet pour offrir un spectacle supérieur. Comme j’ai déjà entendu un coach dire (Michel Albert #NameDroppingPisCestPossblementPasVrai ), « une équipe, ce n’est pas un seul joueur! Sauf pour Bass… lui peut être une équipe. »

11303731_10155706619105341_1648537853_n

Le joueur sur-confiant, peut faire des dommages irréparables à son équipe. Il peut diminuer la contribution de ses collègues, empiéter sur les habiletés des autres, et même être la cause de ruptures amicales. Le joueur qui a été dans La Zone doit aussi être capable de recommencer à zéro. Pour le bien de son équipe, mais aussi pour le bien du spectacle et pour le bien de l’atmosphère général du groupe. Recommencer à zéro… primordial.

Pour un improvisateur, il est important d’accepter le coté éphémère du jeu. Les improvisations sont courtes, les moments magiques sont courts, les histoires sont passagères, la création est détruite à sa genèse. Votre état d’âme pendant un match est seulement de passage. Que vous étiez brillant ou aviez complètement ruiné la sauce, rien n’est permanent. On doit se relever/redescendre, apprécier le moment, et recommencer à neuf.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Une réflexion sur “Etre dans « La Zone » ou « Gelé sur le banc » : Deux opposés qui cohabitent

  1. Merci Bass de démistifier deux états dont on entend souvent parler sans les avoir nécessairement vécus nous même… Ou sans parfois être conscient avant beaucoup plus tard que c’est ce qui est arrivé l’espace d’une impro ou d’un match.

    Je trouve vraiment intéressant cette idée de recommencer à zéro tout le temps. C’est vrai que c’est ce qu’on fait. Constamment. Et c’est ce qui est magique en quelque part, c’est cette capacité d’effacer tout ce qui vient de se passer, d’oublier l’impro qu’on vient de faire, d’oublier le monde qui nous entoure et de recommencer, à chaque fois.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s