La trame sonore de nos vies… et de nos tournois !

Par Michel M. Albert

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On sait que la musique est un élément intrinsèque au match d’impro – on en joue entre les improvisations, etc. – mais la musique occupe une plus grande place que ça dans l’imaginaire humain. On va y chercher inspiration, énergie… consolation. La musique qu’on écoute devient la trame sonore de nos vies, et comme dans un film, elle peut commenter sur l’action, inspirer notre prochain geste, ou ajouter de l’émotion.

Une des choses que j’ai toujours aimé faire, c’est une trame sonore pour le voyage en direction d’un tournoi. On peut y mettre des chansons qui ont une signification pour l’équipe, ou qui sont le fun à chanter ensemble (ce qui ajoute à l’expérience du groupe), ou même qui créent l’énergie particulière que l’on a besoin pour être prêt à jouer aussitôt qu’on arrive.

Mais des fois, on trouve une trame sonore pré-faite et parfaite pour nos besoins. Mesdames et messieurs, je vous présente le disque CLASSIC QUEEN – une seule destination pour vos besoins d’impro.

classicqueen

Classic Queen est un des deux « meilleurs succès » du légendaire groupe rock compilés dans la foulée du film Wayne’s World en 1992 (l’autre est Greatest Hits, sorti en ’91) et je ne vous mens pas, TOUTES LES CHANSONS ont rapport à l’impro et à l’expérience de tournoi. Voyez…

A Kind of Magic : Qu’est-ce que l’impro sinon une sorte de magie, un feeling insaisissable qui nous emporte ? Y’a quelque chose de fébrile dans l’air, une énergie qu’on ressent tous en mettant nos bagages dans le véhicule…

Bohemian Rhapsody : Seule exception, peut-être, les paroles ne parlent pas vraiment d’impro. CEPENDANT, il est très important dans une trame sonore de tournoi d’avoir des chansons que tout le monde connait et qui peuvent être chantées en gang. Si rien d’autre, Wayne’s World nous aura montré que Bohemian Rhapsody est kickass à chanter en conduisant ! Sortez vos chorégraphies, tout le monde, ça devient tout un numéro quand chanté par des improvisateurs.

Under Pressure : On la sent. Un tournoi, ça nous met sur les nerfs. On veut bien faire. On veut jouer le plus de matchs possible. On est effectivement « sous pression ». Points bonis si vous êtes capables de ne pas commencer à chanter « Ice Ice Baby » au début.

Hammer to Fall : C’est le moment du tournoi auquel il faut se préparer. Si on ne joue pas à notre maximum, le marteau va nous tomber dessus. C’est une chanson à propos d’aller faire face à notre destin, qui nous dit qu’ils vont lire notre nom et on devra être prêt. C’est le moment pour lequel on attendait.

Stone Cold Crazy : C’est bon la discipline dans un tournoi, mais on ne peut éviter un certain niveau de folie. C’est la toune qui se lâche loose, qui parle de se faire mal réveiller le samedi matin, et d’avoir les forces de l’ordre (les arbitres ?) à ses trousses. Comment on s’empêche de paniquer ?

One Year of Love : Une belle balade dans le milieu de tout ça ? Oui, parce qu’elle parle de se voir si peu souvent quand on s’aime tellement. On ne peut pas jouer tous les jours, à l’année longue, ni voir nos amis de tournois plus qu’une fois ou deux par année. Mais Freddy Mercury nous dit qu’une fin de semaine d’impro est mieux qu’une vie sans impro du tout.

Radio Ga Ga : Remplacez Radio pas Impro, et vous comprendrez l’astuce. Comme la radio, l’impro est un médium souvent mal aimé et sous apprécié de la population en général. Mais nous on t’aime, Impro. Et tu nous donnes la chance de connaître nos meilleurs moments, de trouver notre spotlight.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

I’m Going Slightly Mad : Une autre chanson de folie, celle-ci représente ce moment-là dans un tournoi où on ne se comprend plus, où on est fatigué, qu’on est plus certain de l’heure ou de ce qu’on fait dans l’arène. C’est finalement arrivé… j’ai perdu la boule… mais juste un peu. J’suis prêt coach !

I Want It All : Ne pas la voir comme une compétitivité malsaine – il FAUT être ambitieux. On veut charmer tout le public, se rendre le plus loin, jusqu’au bout de ses habiletés, et personne ne peut nous arrêter ou nous sortir de la Zone.

Tie Your Mother Down : C’est quoi le rapport ? Pourquoi tu ferais ça à ta mère ? Parce que dans la chanson de type « les parents comprennent juste pas », tes parents essaient de t’empêcher de faire quelque chose. Hey, Mam pis Pap pis REF ! Je vais faire mon spectacle à MOI, pis vous n’allez pas tuer mon buzz !

The Miracle : Toute cette fatigue, tout ce stress, tous ces défis, que l’on puisse réussir un bon spectacle improvisé est un vrai miracle. La chanson trouve des miracles dans tout, comme moi j’en trouve plein dans chaque match d’impro…

These Are the Days of Our Lives : On n’est pas encore rendu au tournoi, mais on est déjà nostalgique. On se rappelle les belles années, et on se demande si on sera aussi bon cette fois-ci. Pendant un tournoi, le temps est élastique, on dirait que le match d’hier était une semaine passée, etc. La chanson a plein de petites touches qui évoquent le jeu – « The rest of my life’s been just a show » et « When life was just a game ».

One Vision : L’ultime chanson d’équipe, même si elle parle de « one man », c’est parce que c’est l’équipe toute entière qui a une seule mission, une seule vision, et qui travaille comme une unité harmonieuse.

Keep Yourself Alive : On approche la fin du tournoi dans notre imaginaire, faut surtout pas lâcher ! Mais c’est surtout une chanson à propos de travailler fort, de donner son 100%, de s’améliorer constamment et au bout du compte, d’être content de ses accomplissements, PAS nécessairement de devenir une vedette.

Headlong : Sauter dans l’arène, c’est plonger tête première dans le néant, du haut d’une falaise. On n’a pas vraiment de contrôle, et on ne peut rien y faire. On peut crier pour qu’on nous laisse sortir de là, mais non, vaut mieux continuer, parce que ça ne va pas finir quand on le veut !

Who Wants to Live Forever : Il y a quelque chose de l’élément éphémère de l’impro dans cette chanson triste qui parle à la fois de choses qui nous glissent des doigts pour ne devenir que souvenirs, et de la fin de notre tournoi qui doit arriver, toujours plus tôt que tard. Les immortels de l’impro, parce que c’est un art tellement immédiat, aimeraient peut-être vivre pour toujours, mais leurs œuvres passent à la mémoire et à la tradition orale plutôt vite. Une chanson pour les improvisateurs existentialistes…

The Show Must Go On : Et après tout ça? Ce n’est pas fini. On ne croit pas dans la retraite. On se revoit au prochain match. Au prochain tournoi. À l’an prochain. À la prochaine chicane. Une toune pour ceux et celles qui pensent que c’est leur dernier tournoi, qu’ils n’auront plus la chance ou plus le goût. L’impro continue, gang. Et vous serez de retour. Oh oui, vous serez de retour…

Voilà, le meilleur disque d’impro que je n’aie jamais écouté. « Quoi ?! » vous me demandez, « pas de We Are the Champions ? » Non, effectivement. Vous devez vous garder celle-là pour le moment où vous l’aurez mérité, et ça c’est APRÈS le tournoi (la chanson est sur Greatest Hits). Écoutez CLASSIC QUEEN sur You-Tube, et vous m’en direz des nouvelles.

Sinon, quelles sont les chansons que VOUS aimez associer à l’impro ?

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

9 réflexions sur “La trame sonore de nos vies… et de nos tournois !

  1. C’est effectivement une compilation intéressante, justement par le fait qu’elle ne contient pas les trois seules chansons que je suis presqu’incapable d’écouter de Queen (et malheureusement 3 de leurs plus grands succès en Amérique du Nord), We will rock rock, We are the champions, ainsi qu’Another one bites the dust.

    Je ne crois pas que c’est un secret bien gardé, Queen est mon groupe préféré. C’est donc un excellent choix d’album, évidemment.

    These Are the Days of Our Lives & I’m Going Slightly Mad étant mes préférées sur cet album. J’aime beaucoup Under Pressure aussi, la ligne de base de John Deacon est bien sûr emblématique.

    I’m Going Slightly Mad est TRÈS pratique afin de se réchauffer. C’est la chanson parfaite pour se mettre dans un personnage et pratiquer les expressions physiques et faciales. J’utilise souvent cette chanson afin d’essayer d’exprimer diverses émotions…

    Et, selon la légende, ce serait nul autre que Sir. Elton John qui se retrouverait dans le costume du singe dans le vidéoclip :O

    Hammer to Fall & One vison sont aussi deux chansons rythmées qui permettent d’aller chercher de l’énergie avant le match. Il y a effectivement de tout dans cet album. Bon choix.

  2. Je ne savais pas, mais Queen a tellement de chansons soient compétitives, soient à propos du spectacle, qu’on ne peut pas se surprendre que des improvisateurs gravitent vers cette musique. Souvenons-nous aussi de Nathan Dimitroff et de sa chorégraphie pour Rhapsody qu’il faisait dès la première note, qu’importe où on n’était. C’est tannant sur un autobus, mettons ;-).

  3. J’ai lu cet article et là j’ai 1) Envie d’écouter l’album sur repeat forever et 2) Presque la larme à l’oeil tellement la description de chaque événement est réel… Surtout pour Who wants to live forever et The show must go on. Les tournois ne sont pas encore commencés que je reconnecte déjà avec l’émotion qu’on ressent à la fin de ceux-ci… Boo Mike!! Arrête de me faire vivre des choses! (Non… actually arrête pas ste plait!)

  4. Ping : Direction : Tournoi ! | Improvisation NB

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s