« Hacker » la rimée

Par Elyse Hamel

Je suis reconnue pour mes rimées. À ce jour, mes parents me demandent si j’ai fait une rimée chaque fois que je mentionne avoir joué de l’impro. Ils ont compris que c’était ma niche.

Certes, j’ai toujours eu une facilité à jouer avec les mots, mais je crois avoir quelques trucs que je peux partager et qui peuvent aider le monde à faire des meilleures rimées, ou à les « hacker », c’est à dire faire paraître l’exercice plus réussi avec peu d’efforts de plus.

10530952_659977627410038_4673533238826511649_n

Penser aux sonorités impressionnantes
Rimer en « é », c’est ce qu’on recommande à tous les nouveaux, et c’est donc ce qu’on est habitués d’entendre. Mais il existe des sonorités qui ont également beaucoup de mots, et qui impressionnent toujours. Personnellement j’aime bien utiliser les « oir » (Miroir, noir, désespoir, voir, croire, etc.) et les « age » (nuage, page, naufrage, plage, visage, présage, etc.). Pas besoin de faire l’impro en entier avec ces sons, mais une rime bien placée au milieu peut susciter des « ooooohhhh » du public qui font toujours plaisir.

Voir les mots comme des paires
Dans les exemples que j’ai donnés ci-haut, il y avait deux paires de mots, c’est à dire des mots sur le même thème, qui vont facilement ensemble. Les avez-vous remarqués ? Il s’agissait de noir/désespoir et naufrage/plage. Il peut être très utile de se monter des banques de paires de mots dans sa tête qui se placent naturellement tous deux autour d’une idée. Ainsi, les deux phrases de la rime nourrissent l’idée et se suivent logiquement.

10411421_635910009816800_3214979400527027941_n

Penser à sa deuxième phrase en premier
La plus grande erreur que je vois en rimée, c’est lorsque l’improvisateur dit sa première phrase avec une tonne d’assurance et ensuite hésite et balbutie tout au long de sa deuxième phrase. Vous êtes en train de rendre ça évident que vous cherchez justes une rime et ça brise l’illusion pour le public. Si au contraire vous placez l’idée principale que vous voulez apporter à l’impro dans votre deuxième phrase, il vous reste juste à trouver un lead-in générique qui vous permettra de finir votre rime avec assurance plutôt que dans le vide et de façon insensée.

Ces trucs ne sont certainement pas les seuls (voir l’article d’Yves Doucet), mais ils font partie de mon éventail d’outils qui m’aident à dominer dans la catégorie. N’hésitez pas à les utiliser lorsque vous pratiquez vos rimées avant de vous endormir! Ou c’est juste moi qui fait ça ?

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s