Comment dériver une « À la manière de » Premier exemple : Balzac

Par Michel M. Albert

Que l’on soit arbitre ou joueur, la catégorie « à la manière » est un défi, si ce n’est que par sa mutabilité – ce n’est jamais la même chose deux fois et il faut toujours recommencer le travail! Mais quel est ce travail? Comment l’arbitre et ensuite le joueur peut-il partir d’un auteur quelconque et finir avec la parfaite définition de comment reproduire un style en impro?

J’entame ici une série d’articles qui tenteront de démontrer, sous vos yeux, comment ce travail ce fait, avec une variété d’exemples, chacun avec ses propres défis et résultats. Ce premier texte sera un peu plus long, question d’établir des façons de faire générales.

alamanieredebalzac

Exemple #1 : Honoré de Balzac
Bon, un écrivain français célèbre du 19e siècle semble une bonne idée pour la catégorie, et d’ailleurs, les entraîneurs et joueurs du prochain tournoi de qualification du réseau secondaire la trouveront parmi les « manières » choisie par les arbitres cette année. La question : Comment je pars de l’idée pour me rendre à l’explication parfaite pour que les joueurs comprennent le style sans pourtant avoir lu beaucoup de Balzac ?

Et pour les équipes qui devront tenter de réussir l’exercice, comment s’y préparer?

Étape 1 : Ben oui, Wikipédia
On ne s’attend pas que chaque arbitre et joueur soit expert en littérature (ou en cinéma, etc.), mais avec Internet, la recherche a déjà été faite pour nous. Balzac a effectivement une page sur Wikipédia. (Et on est chanceux, étant pour la plupart bilingue, on peut vérifier ce qui se dit sur la page en anglais aussi, au cas où il y aurait des détails plus clairs). Dans ce cas-ci, je ne me suis pas arrêté là, et j’ai aussi fouillé Google avec des mots-clés comme « Balzac thèmes » et « Balzac style ». Il est utile aussi de suivre les hyperliens sur la page Wiki; si par exemple, on nous dit que l’œuvre importante de Balzac est La Comédie Humaine et que je peux cliquer ce titre, la page sur l’œuvre m’en dira autant sur son style que sa page à lui.

Étape 2 : Exemples des écrits
Pour un écrivain, il peut être utile de fouiller sa bibliothèque (personnelle, d’école ou locale) ou Internet pour un ou plusieurs de ses écrits. Si vous avez le temps de lire une œuvre au complet, tant mieux (mais le plus court le mieux), mais même quelques pages seulement peuvent donner un sens du style littéraire qui s’ajoutera à votre recherche des thèmes et éléments à suivre sans pour autant que vous ayez à vous investir dans tout un roman. Si l’œuvre de l’auteur a été adaptée en film ou en série télé, ne pas négliger la recherche facile qu’un visionnement peut apporter. Pour quelqu’un qui a publié plus de 100 ans passés comme Balzac, ses écrits seront dans le domaine publique, et donc disponibles sur Internet. J’ai trouvé beaucoup d’œuvres de Balzac en demandant à Google pour « Balzac en ligne ». Le meilleur résultat.

balzac

Étape 3 : Rédiger la description
Notre recherche ne vaut rien si on ne peut pas l’exprimer en termes qu’une équipe d’improvisation peut utiliser pour simuler l’auteur. Il faut donc donner une série d’éléments que les joueurs peuvent comprendre et mettre en pratique. Règle générale, la liste contiendra les éléments suivants :

  • Les thèmes souvent abordés par l’auteur.
  • En quoi son style est différent non seulement des styles d’autres auteurs, mais d’une impro normale. (Sinon, pourquoi utiliser l’auteur?)
  • Plus que ça, qu’est-ce qui rend le style de l’auteur intéressant pour le public et pour les improvisateurs?
  • Des astuces de comment bien rendre le style, quitte à parler aux joueurs comme si vous êtes leur entraîneur, avec des exemples de ce que vous voulez dire.
  • Il est possible pour l’arbitre d’innover dans l’à la manière de et de donner des permissions (ou défis) qui ne font pas partie du canon de catégories classiques (comme vous le verrez dans mon exemple).
  • Terminer avec des exemples d’œuvres de l’auteur; en général les plus connues, mais songez au temps de lecture. Si possible, y mettre une œuvre plus courte. Dans tous les cas, les œuvres seront représentatives de ce que vous cherchez. N’y placez pas l’exception à la règle ou le roman qui est atypique.

À éviter :

  • Prendre pour acquis que les joueurs connaissent des termes littéraires. Par exemple, on ne peut résumer l’œuvre d’Émile Zola à du « naturalisme » sans expliquer ce qu’est du naturalisme en littérature.
  • Les éléments qui ne surviennent que rarement dans l’œuvre de l’auteur. Par exemple, la vaste majorité des œuvres de Balzac font partie de ce qu’il appelle La Comédie Humaine; je ne m’attarderai donc pas sur ses satires, essais et poèmes qui n’en font pas partie.
  • La majorité des éléments biographiques; au-delà de connaître son origine (époque/pays), on s’en tient à son style, pas à sa vie. Ce n’est pas rendre service aux joueurs que d’alourdir vos explications avec des éléments qu’ils ne peuvent pas utiliser dans l’improvisation.

Une note pour les équipes

Bien que le texte ci-dessus puisse sembler avoir été écrit avec le travail de l’arbitre en tête, c’est un effort que les équipes peuvent et devraient faire aussi. Ne vous en tenez pas uniquement à la description fournie, car elle est nécessairement courte et incomplète. L’étape 1, par exemple, donnera la chance au joueur d’aller voir plus loin, de cliquer des liens vers d’autres explications et clarifications. L’étape 2 pourra certainement fournir de l’inspiration et de l’authenticité. L’étape 3 sera surtout utile dans les cas où on reçoit une explication qui est moins claire, ou aucune explication du tout.

Dans l’apprentissage d’une équipe, de toute façon, c’est toujours une bonne idée pour l’entraîneur et ses joueurs de proposer des « manières » au reste de l’équipe. Pas parce qu’ils surviendront dans des matchs, mais pour créer une banque de styles alternatifs que l’équipe peut utiliser en comparée, question de montrer quelque chose de différent au public et charmer les juges avec un peu de culture. La technique présentée ci-dessus peut bien sûr être utilisée à ces fins.

alamanbossu

Alors donc…

En utilisant cette technique, voici ce que j’ai pondu comme « À la manière de Balzac » :

Honoré de Balzac, est un écrivain français du 19e siècle. Bien qu’il a écrit une grande quantité de nouvelles et de romans, il appelle l’œuvre entière de 90 volumes « La Comédie humaine » parce que c’est un immense portrait de la société française de son époque et chaque histoire existe dans un même monde, si bien que des personnages peuvent réapparaitre, connaitre les autres, etc. Pour mieux représenter cet aspect, l’impro sera nécessairement comparée (voir ci-bas).

Éléments recherchés :

  • Chaque impro doit représenter une classe particulière de la société. Balzac voulait représenter TOUT LE MONDE, cataloguer TOUTE la société, pas seulement les riches, les hommes d’action, les penseurs, etc. Ces classes seront déterminées avant le caucus.
  • Les histoires sont plus des portraits que des récits. Il faut apprendre à connaître les personnages qui représentent la sorte de gens choisis, plutôt que les faire vivre des péripéties. D’abord et avant tout, c’est d’exposer leurs comportements, leurs attitudes, leurs opinions. Ceci dit, ses histoires sont à propos de l’échec; les personnages réussissent rarement à atteindre leurs buts.
  • Balzac croyait que la description des endroits où vivent les personnages est la meilleure façon de connaître ces personnages. Dans l’impro, il serait bien si un narrateur présentait le lieu en détail avant que le personnage ne commence à parler ou agir. Gênez-vous pas, parlez à votre public, comme Balzac l’aurait fait. Le lieu doit, en quelques sortes, être un miroir du personnage (donc si c’est en désordre, la vie du personnage est troublée, etc.). Une bonne critique de Balzac, c’est « de la description à ne plus finir », vous pouvez vous amuser avec ça, mais n’oubliez pas de donner du temps de glace au personnage.
  • Thèmes fréquents : Le désordre apporté au foyer par le mariage, l’importance de la famille et aussi de la démocratie, l’argent, les artistes de génie; il critique la religion mais pas la spiritualité.
  • L’impro de chacune des équipes existe dans le même univers que l’autre. La première équipe tâchera de nommer un personnage d’une autre classe que la leur pendant l’impro. De la même façon, la deuxième équipe devra utiliser ce personnage (soit en le jouant ou en le mentionnant aussi).

Exemples d’œuvres :

  1. Le Père Goriot
  2. Eugénie Grandet
  3. Les Chouans

———————–

10401359_635943073146827_6222794459118599961_n-2

Dans l’exemple ci-dessus, j’ai 1) mis l’accent sur ce qui rend Balzac particulier; 2) dit ce à quoi je m’attends en tant que contenu; 3) et ce à quoi je m’attends en termes de style (la longue description, par exemple); 4) donné des exemples de quoi faire et ce, en utilisant la voix d’un entraîneur (essayez ceci, attention à cela); 5) mentionné quelques thèmes qui reviennent, question d’inspirer les joueurs; et 6) créé un défi (ou une forme d’aide) supplémentaire pour aider les joueurs à bien rendre le style.

Pour développer sur ce dernier élément, je propose de montrer une liste de « classes sociales » aux équipes avant le caucus. Elles feront leurs choix à ce moment, et devront respecter le dernier élément de mon explication à l’aide de ce choix.

Pourquoi faire ce travail de plus? Parce que l’à la manière de n’est pas une catégorie « attrape-nigaud », ou un piège à punitions où l’arbitre à l’opportunité de se sentir supérieur et se moquer du manque de culture des joueurs. Non. Plutôt, on doit VOULOIR que l’impro réussisse, que le public puisse voir quelque chose de nouveau et ce, même s’il ne connait pas l’auteur choisi. En d’autres mots, le public ne devrait pas avoir besoin de connaître l’auteur pour apprécier l’improvisation et les éléments novateurs qu’elle comporte.

Dans cette optique, l’arbitre DOIT outiller les équipes pour qu’elles soient en mesure de réaliser le défi. C’est à son avantage de mettre en scène un spectacle réussi. D’où l’importance de communiquer ce qui est requis des « à la manière de » à l’avance, d’aussi vulgariser ce qui est recherché juste avant le match aussi, et même, à l’occasion, de créer une petite « gimmick » pour mieux encadrer l’impro et ainsi s’assurer que le style sera respecté.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

5 réflexions sur “Comment dériver une « À la manière de » Premier exemple : Balzac

  1. Excellent article. Je vous rejoins sur la partie « ce à quoi je m’attends » qui est vraiment importante, notamment quant un auteur (ou réalisateur) possède une œuvre importante ou éclectique. J’ai donné une impro à la manière de Tim Burton et j’ai centré sur un aspect précis de sa filmographie pour bien mettre les équipes d’accord sur l’univers…Il ne faut pas hésiter à prendre une posture de metteur en scène dans cette catégorie. Personnellement j’ajoute souvent un soutien musical qui va orienter l’improvisation dans le rendu désiré.

    • Si une aide technique (musique, décor… j’ai récemment enjolivée une à la manière d’Aristophane avec des podiums pour le Choeur) rendrait mieux la catégorie, il est complètement acceptable et même encouragé de le faire (en dedans des capacités techniques de l’événement, on ne peut tout de même pas perdre trop de temps à décorer entre les impros). L’à la manière de est un des éléments les plus importants pour rendre l’idée du « spectacle de variété » au coeur même du concept de l’impro-match.

  2. Superbe explication, comme toujours, Michel !

    Ce qui arrive, souvent, dans ces situations, c’est que la majorité des gens dans la salle n’ont pas une réelle connaissance dans l’auteur en question. Même s’il ne faut pas prendre son public pour stupide (le public est bien souvent, au contraire, très intelligent et recherche la culture et la vérité), il faut admettre que le % de gens qui ont lu plus d’une oeuvre complète de Balzac sera peu nombreux dans la salle.

    Deux réflexions, donc, là-dessus :

    1) C’est souvent frustrant pour les quelques spectateurs qui connaissent bien l’oeuvre de Balzac (et celle de ses nombreux pseudonymes), qui sont souvent emballés à l’idée de voir cette improvisation et qui ressortent souvent de la salle n’ayant pas réellement vu une « à la manière de Balzac »

    MAIS, on ne s’attends pas à ce que les joueurs de toutes les équipes deviennent des auteurs de Balzac en deux semaines. Ce n’est pas non plus ce qui est demandé.

    Ce qui est demandé, au contraire, c’est d’être capable d’en saisir le style, les thèmes importants, la structure narrative etc. afin de démontrer qu’on a saisi l’essentiel, pas l’entité.

    Donc :

    2) Les équipes doivent justement s’assurer de bien rendre l’oeuvre pour satisfaire le public, qui souvent, aura quand même une idée de ce à quoi s’attendre, même s’ils ne sont pas des experts de cette littérature.

    Je pense que c’est encore plus difficile pour les auteurs plus populaires, comme la majorité des gens savent justement ce à quoi s’attendre. L’avantage avec Balzac, c’est que il sera plus facile de réussir à convaincre le public que vous avez fait du Balzac, mais attention, si vous n’avez pas vous-même une idée réelle de l’oeuvre, vous ne convainquerez pas tout le monde et probablement pas l’arbitre qui lui, on l’espère, connait l’oeuvre de l’auteur qu’il va imposer !

  3. Effectivement.

    En lien avec la libre, un autre exercice amusant : C’est fait des  » à la manière de  », dans une libre. Les équipes savent d’avance les  » à la manière de… » du tournoi. Ainsi, Si on n’a pas, par exemple, celle de Balzac, mais qu’on se sent à l’aise d’explorer le style, vous pourrez probablement voir mon équipe en essayer une dans une libre…

    Si les gens viennent me voir et disent après  » Étais-ce une à la manière de Balzac  », cela veut dire que c’était réussi. Si personne ne le remarque, cela veut surement dire que nous n’étions pas assez précisément dans le style de l’auteur (et notre libre redevient une libre)… Cette improvisation aurait donc surement eu la punition de  »non respect de la catégorie »…

    En fait, ma ligne est là je pense.
    Est-ce que le public aurait pu dire que c’était une  »à la manière de Balzac » si l’arbitre de l’avait pas annoncé? OUI. parfait. NON? Punition de non-respect de la catégorie…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s