Bougez pas, on parle de la fixe

Par Isabel Goguen

La fixe est l’une des « nouvelles catégories » en improvisation que je préfère. Si la catégorie sans sons enlève la parole pour mettre en valeur le mime, la fixe fait l’inverse. Cette catégorie demande aux joueurs et joueuses de prendre une position dans l’arène et figer sur place pour la durée de l’improvisation. Sans le mouvement du corps, on se concentre surtout sur le jeu verbal. Toutefois, contrairement aux catégories telles que la radiophonique, on ne perd pas entièrement de vue les personnes en jeu. Un certain visuel accompagne les paroles. On nous présente un tableau de sorte qui sert d’un point de repère pour le public à travers le développement de l’improvisation.

10411136_659017254172742_5317992141210290691_n

Puisque cette catégorie est souvent donnée en comparée, on peut maximiser la fixe à partir du caucus. Si l’on met l’accent sur la fin de l’histoire pendant celui-ci, on peut choisir une position dans l’arène dès le début de l’improvisation qui rejoint la conclusion prévue. Par exemple, si l’on présente les positions suivantes: Deux personnes qui s’embrassent et une personne qui semble choquée par l’événement. Si l’on accompagne ces positions avec une histoire qui met en scène des gens qui travaillent normalement dans un bureau, on crée un suspense chez le public. Les positions peuvent servir de lignes directrices liées à l’histoire ou aux personnages tels qui sont au début de l’improvisation, mais dans cet exemple, elles nous donnent un aperçu de ce qui s’en vient! Le public cherche à découvrir au fur et à mesure le contexte de ces positions; Comment se rendront-ils là?!

À l’aide d’une planification rapide, on peut même intégrer les deuxièmes et troisièmes personnages dans l’arène en partant. Par exemple, deux personnes peuvent se rendre à un restaurant et un troisième joueur peut être dans l’arène, prêt à devenir le serveur au moment nécessaire. Bien sûr, si l’histoire le demande, un joueur ou une joueuse peut s’ajouter dans le jeu en prenant une position complémentaire. Par contre, inclure un personnage qui n’apparaitra que plus tard contribue au suspense et au mystère de l’improvisation en cours.

Parfois, l’histoire nous demande naturellement un jeu physique. Pourquoi ne pas jouer sur ceci en créant une histoire qui est riche en mouvement? On présente au public un contraste humoristique quand des joueurs et joueuses figés sur place se lancent à la course, sautent à la corde, montent des escaliers! Avec quelques indicateurs verbaux, on peut mettre en scène une grande bataille en criant : « Je vais te battre! » « OUILLE ! » « Et tiens, un autre coup! »

10371691_643031915771276_4221715384609885379_n

Quelques derniers petits conseils : Lorsqu’il vient temps de choisir votre pose, n’oubliez pas que vous devez la garder pendant une durée prolongée! Suite à 3 minutes d’être un oiseau, nos bras ne seront pas contents ! Un autre gros défi à la réussite de la catégorie est le désir de bouger sa tête et son visage ainsi que faire des expressions faciales. Voilà ce qui va à l’encontre de ses instincts habituels!

La fixe est une catégorie qui offre l’opportunité d’exploiter le jeu verbal tout en approchant le jeu physique d’un œil nouveau. En jouant avec les attentes et les contrastes, il est possible de surprendre et charmer le public!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

Une réflexion sur “Bougez pas, on parle de la fixe

  1. Ping : Fixer la fixe | Improvisation NB

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s