Faire exploser la poursuite

Par Michel M. Albert

1888628_635910179816783_1433502724712058438_nNotre compréhension de chaque catégorie classique en improvisation a évolué à travers le temps, et grâce aux réflexions de nos improvisateurs et improvisatrices, on a pu voir dans le traitement de chacune de l’innovation, du raffinement, et des exploitations plus variées. De chacune? Non, la poursuite semble encore résister à l’analyse, embourbée dans le marais de la platitude. Il s’agit là d’une simple libre avec une contrainte technique, rien de plus.

Eh bien, c’est fini ça! Il est temps de regarder la poursuite en pleine face et de la dynamiter complètement pour en faire ressortir son plein potentiel et sa raison d’être !

Dernièrement, un comité s’est penché sur la poursuite et, s’inspirant de discussions entretenues par certains membres d’Improvisation NB et d’impros « off-beat » jouées pendant la dernière année, proposera cette définition améliorée et plus ouverte à l’interprétation de la catégorie :

10502025_659017897506011_8460453505330615395_nUne poursuite est nécessairement une improvisation comparée. L’équipe qui passe en premier présente la première partie d’une improvisation. Au sifflet, les joueurs en jeu doivent figer. Les joueurs de la deuxième équipe remplacent les joueurs en jeu et ceux en position neutre. La deuxième équipe doit ensuite continuer l’improvisation dans le même sens et ton que l’équipe précédente, en respectant les détails qui ont été présenté auparavant. Cette équipe peut créer des nouveaux personnages et ajouter des joueurs dans le jeu. Un joueur peut être remplacé par une joueuse et vice-versa, tant et aussi longtemps que le sexe d’un personnage joué ne change pas. En bout de ligne, la deuxième improvisation doit continuer la première directement, avec les mêmes personnages et situation, ou à travers un lieu, un univers, un personnage, etc. créer un lien entre les deux improvisations.

La grosse différence entre cette définition et celle qui se retrouvait dans le document de règlements antérieur est de dire que L’IMPROVISATION doit se poursuivre, et non L’HISTOIRE. Que oui, on peut continuer celle-ci directement avec les mêmes personnages et situation, mais que ce n’est pas la seule façon de « poursuivre » l’improvisation. Mais à quoi on s’ouvre ici? Dans l’article qui suit (oui, on est encore dans l’introduction), nous allons donner des conseils autant pour la traditionnelle façon de jouer la poursuite afin de lui donner tout son sens (donc, Old School) que pour les façons novatrices de l’exploiter (c’est-à-dire, New School).

Old School
Il reste pertinent de parler de l’exploitation traditionnelle de la poursuite parce que c’est vraiment la seule façon de l’aborder pour l’équipe qui passe en premier.

10427996_643032515771216_6711910317330403450_nQuand on passe premier, on peut tout simplement faire une improvisation de style libre qui devra inspirer l’impro de l’autre équipe. Dans l’esprit de la catégorie, cependant, il peut être plus intéressant de DÉFIER l’équipe adverse avec notre performance. Sachant qu’on DOIT la poursuivre, il importe d’être audacieux et même un peu effronté dans notre approche et de finir, en quelque sorte, en disant « on aimerait vous voir poursuivre ÇA ! » On peut ici donner des exemples comme l’utilisation d’une catégorie (chantée, sans paroles, dramatique…) ou d’une « à la manière de » distincte, qui forcera l’équipe adverse à poursuivre sans décrocher du style établi; ou alors finir sur une apparente impasse dans l’histoire (la mort d’un personnage, un « twist » surprise…).

Attention : Il ne s’agit pas ici de créer des éléments qui sont impossibles à suivre ou d’autrement « shafter » l’équipe adverse. Au lieu, pensez à votre public. Qu’est-ce qui les fera faire « oooooh » à la fin de votre moitié de l’improvisation, et qu’est-ce qui leur donnera le plus de plaisir si l’équipe adverse relève votre défi dans la seconde?

10411849_643032139104587_8763911601200556488_nSi vous devez passer deuxième, vous DEVEZ tenter de relever le défi lancé par la première équipe. C’est frustrant autant pour le public que l’arbitre quand une équipe ne veut pas jouer le jeu et trouve une façon « cheap » de s’en sortir. Quand tout à coup, les personnages ne chantent plus, ne vivent plus le drame, ou ignorent les surprises de la première improvisation, on pourra parler de ne pas respecter la catégorie, mais pire encore, d’une paresse qui n’attirera pas de votes. Pour de meilleurs résultats, il faut assumer le défi pleinement. Si on n’est pas dans notre zone de confort, on risque de se dépasser – c’est là que les meilleures impros se jouent! Et si on manque notre coup, on pourra au moins gagner le respect du public pour avoir essayé de son mieux.

Une approche légitime en poursuite est de parodier les joueurs de l’autre équipe. Légitime, mais à l’intérieur de certaines limites. En tournoi, où on ne connait pas forcément les joueurs adverses, et où l’esprit sportif serait vicié par une telle « moquerie », cette approche n’est pas recommandée. En ligue, où tout le monde se connait et aime se taquiner devant un public qui connait bien les joueurs et leurs tics aussi, elle devient une option plus raisonnable et même amusante. Mais prenez soin, avant de vous lancez dans cette direction, que l’équipe qui vous a précédé n’a pas établi un ton que vous devez respecter. La parodie du jeu d’autres joueurs n’est vraiment pertinente que dans les cas où l’équipe adverse a offert une libre comique pendant laquelle ils ont, justement, révélé leurs tics et béquilles.

New School
Si on ne poursuit pas la même histoire avec les mêmes personnages… qu’est-ce qu’on fait?

10277607_635910703150064_1089814920598605336_nPensez à vos improvisations non-poursuites. Elles n’ont pas toutes une structure narrative linéaire et fermée. Elles ne procèdent pas toutes en temps réel, sans changements de scènes, de temps ou de personnages. Si on parle de poursuivre L’IMPRO plutôt que l’HISTOIRE, toutes ces possibilités s’ouvrent à nous.

Pour ne donner que quelques exemples… La deuxième impro se passe AVANT l’impro précédente et nous montre comment on s’est rendu là. Elle se passe AILLEURS, pendant la première impro, ou d’un autre point de vue. Elle répète la première impro, mais un changement important change notre interprétation de celle-ci (si la même chose arrivait à des enfants? Si on était 100 ans plus tard? Etc.). Elle commente sur la première, par exemple à travers un narrateur qui a une opinion spécifique ou sais des choses qu’on ne savait pas en voyant la première. Et ainsi de suite.

Attention : La deuxième improvisation doit tout de même « parler » à la première. On ne peut pas, par exemple, poursuivre une impro dans un train avec une histoire complètement différente dans un autre train. Avoir un même « thème » est imposé par la carte lue par l’arbitre, ce n’est pas un lien suffisant pour respecter la poursuite. Dans l’exemple, on essaiera plutôt d’inclure un ou plusieurs personnages de la première, peut-être plus tard (et on se souviendra des événements précédents) ou plus tôt (et l’histoire rendue nous révélera quelque chose à propos de la première impro).

Et attention aussi : Il faut quand même respecter les règlements techniques de la catégorie, donc rentrer et remplacer chaque joueur en jeu et en position neutre au début de l’improvisation. Ils n’ont pas besoin d’être les mêmes personnes, au même instant, mais l’impro doit commencer avec ce nombre de joueurs, vaguement dans ces positions physiques.

10452341_659018460839288_3215515115715922379_nPour l’équipe qui commence, il est certainement possible de suggérer cette approche, sans pourtant pouvoir l’imposer aux joueurs adverses. Par exemple, une improvisation qui commence avec une date (« 1914, début de la première grande guerre ») pourrait inviter la prochaine équipe à commencer de la même façon (« 1918, fin de la première grande guerre » ou « 1939, début de la deuxième grande guerre »). L’arbitre aussi peut suggérer l’approche dans son thème, imposant un contraste ou une dichotomie que les équipes comprendront comme une invitation à faire une telle poursuite (« Hier / Demain », par exemple), mais encore une fois, les équipes sont libres de répondre à l’invitation ou non. Entrainez-vous à voir ces possibilités en vous demandant comment vous poursuivriez n’importe quelle improvisation qui vous est présentée.

Nous espérons que cette redéfinition de la poursuite saura stimuler de nouvelles idées quant à la poursuite, et faire d’elle une catégorie aussi remplie de possibilités et de variété que les autres. J’entends le sifflet, j’ai fait ma part, à votre tour maintenant.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “Faire exploser la poursuite

  1. Très intéressant comme proposition Mike! J’ai hâte de voir des équipes relever ce genre de défis! Reste à s’assurer que les arbitres fassent également preuve d’ouverture d’esprit dans l’interprétation de la catégorie 😉

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s