Apprenez à jouer de l’impro en jouant… d’autres jeux!

Par Michel M. Albert

RPGOn apprend à jouer de l’impro en jouant (et en arbitrant et en regardant), mais le match, ou même ce que l’on fait en pratique, n’est pas le seul jeu qui peut donner aux improvisateurs une expérience à la fois divertissante et formatrice. Parlons aujourd’hui de jeux qui s’apparentent à l’impro sans pourtant avoir besoin de l’immense effort d’organisation requis des matchs.

Le monde des jeux de société a beaucoup changé dans la dernière décennie. Bien que les vieux standards comme Monopoly et Quelques arpents de pièges (Trivial Pursuit) sont encore avec nous, de nouvelles écoles de design nous ont donné beaucoup plus d’options, que ce soit de la gestion de ressources (les jeux « Euro » comme Settlers of Catan), de la collaboration (Pandemic, Shadows Over Camelot), et de l’écriture d’histoires – et voilà où ça rejoint notre discussion d’impro!

2onceuponatimeAlors donnons un exemple d’un jeu de société « nouvelle école » qui joue sur notre habileté de raconter des histoires : Once Upon a Time (Il était une fois). Suivant un thème de conte de fée, les joueurs utilisent des cartes (un géant, une épée, un marais, etc.) pour raconter une histoire et tenter d’atteindre la conclusion secrète qu’ils ont tirée (ce n’est pas seulement « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »). Mais attention, tout le monde raconte cette même histoire et les éléments de narration des autres participants peuvent vous déjouer! Si ça ne sonne pas comme une impro, ça! Le même esprit de compétition collaborative, ou de collaboration compétitive, y règne. Vous y perfectionnerez cet équilibre entre donner de la place à tout le monde et essayer de guider l’histoire vers une bonne résolution.

Un exemple du jeu en action, gracieuseté de l’émission web Tabletop.

Jeu semblable : Nanofiction utilise aussi des cartes pour créer des éléments de votre histoire, mais chaque joueur en raconte une différente.

À noter que plusieurs jeux traditionnels que vous jouez déjà peuvent aussi devenir des occasions de raconter des histoires. Mon petit groupe de joueurs, par exemple, s’attarde parfois à une partie de Destin (The Game of Life) en prenant bien soin de raconter l’histoire qui se déroule, de nommer les conjoints et les enfants, etc. Une partie de Monopoly jouée par des improvisateurs racontera l’histoire détaillée des multinationales représentées par chaque joueur. Les armées de Risk auront des traditions militaires ou seront des zombies, des extra-terrestres et des ninjas. C’est dangereusement drôle de jouer avec des improvisateurs, donc attention : Il y a un risque que vous trouviez les parties entre famille ou amis plus plates après! 😉

3fiascoMais allons un peu plus creux et donnons beaucoup plus de liberté aux joueurs. Il y a des jeux qui mettent davantage l’emphase sur la création de l’histoire et qui n’ont pas nécessairement des conditions de victoire. Le but est donc tout simplement de créer ensemble une histoire divertissante. Ici, je donnerais en exemple le jeu Fiasco. Fiasco se joue idéalement à quatre et cherche à construire des histoires à la manière des films comme ceux des Frères Cohen – vous savez, ceux où les plans virent toujours au pire et personne ne s’en sort indemne. Dans un premier temps, qu’on pourrait appeler le « caucus », les personnages, relations, lieux et problématiques sont choisies en roulant des dés et en faisant des choix. Ensuite, on joue des scènes entre chacun des personnages. L’action se complique dans le premier acte, et vire à la folie dans le second. On y apprend beaucoup sur la construction d’histoire, surtout comment créer des complications et des relations interpersonnelles remplies de potentiel pour motiver les personnages. Le livret est disponible en pdf de services comme DriveThruRPG à pas cher et le jeu offre des douzaines de livrets additionnels gratuits pour la création de scénarios (Las Vegas, campus universitaire, base spatiale, etc.).

Un exemple du jeu en action, gracieuseté, encore une fois, de Tabletop : Premier acte, deuxième acte, et le « caucus » diffusé plus tard parce qu’il y avait de l’intérêt.

Jeux semblables : Umläut: Game of Metal recrée la vie sordide de rock stars. A Tragedy in Five Acts fonctionne avec un système de pointage qui décidera de la vedette dans la scène finale.

4rpgTout ça se joue en une soirée, sans préparation particulière. Pour les mordus de l’organisation, cependant, vous pouvez aller encore plus loin en jouant des jeux de rôles. Ici, c’est sans limites. La plus connue est sans aucun doute Donjons & Dragons, mais il y a des jeux de rôles pour tous les goûts et tous les niveaux de familiarité. Des jeux avec beaucoup de règlements ou peu, avec des tons sérieux ou humoristiques, qui créent des mondes fantastiques ou proches de la réalité – espionnage, westerns, science fiction, horreur, kung fu, steampunk, jeux basés sur des émissions ou films préférés… Il y a vraiment un jeu de rôle pour tout le monde. Pour un improvisateur, c’est l’occasion de jouer un personnage à plus longue haleine qui évolue avec le temps (bien que c’est très possible de faire des sessions avec un début, milieu et fin, et c’est même très plaisant). On roule des dés pour déterminer si nos actions sont réussies, mais autre que ça, le destin de notre personnage est pas mal entre nos mains. Il y a des occasions de jouer des scènes comme dans Fiasco, etc., mais aussi de jouer au détective, au stratégiste, etc. selon les situations présentées par le maître du jeu, qui est en quelque sorte l’arbitre qui donne les thèmes (décrit les situations et les résultats des actions des personnages) et interprète les règlements (vous dit quoi rouler et quand), sauf qu’il a la chance de jouer des personnages lui aussi (tout le monde sauf les protagonistes). À travers ces jeux, on apprend des leçons de cohérence : Comment rendre les actions de nos personnages logiques et respecter l’univers créé dans chaque impro, voire même mieux comprendre comment réaliser les À la manière de.

Alors voilà, quelques avenues fructueuses pour continuer à jouer de l’impro en dehors des gonds de quatre bandes. Pour ma part, je n’ai recommandé là rien que je n’ai pas moi-même joué et qui ne m’a pas donné des heures de plaisir (sauf les « jeux semblables » qui me restent à découvrir). N’hésitez pas à poser des questions ou demander des conseils plus spécifiques à vos intérêts; je suis à votre service. Et quoi qu’il en soit, ayez du fun!

Note sur la langue : Il est peut-être malheureux que les exemples donnés sont des jeux surtout disponibles en anglais, mais rien de nous empêche de jouer en français (je n’ai presque jamais fait autrement) même si les matériaux sont dans notre autre langue officielle. Plusieurs jeux de la sorte sont traduits en français ou même d’origine française. Au Nouveau-Brunswick, il s’agit d’une question de disponibilité. Les intéressé.e.s sont tout de même invité.e.s à vérifier avec des amis français ou québécois.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “Apprenez à jouer de l’impro en jouant… d’autres jeux!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s