Les 7 piliers de l’improvisation : #5 La vérité

Par Michel M. Albert

10308168_638591839548617_5622302853271897291_nEn improvisation, on entend ce mot, « vérité », surtout en relation avec la catégorie dramatique. Il n’empêche qu’il s’agit d’une qualité qui devrait être appliquée à tout ce que nous faisons. La vérité, c’est le 5e pilier.

Mais qu’est-ce que l’on veut dire par là, au juste? La majorité des impros n’ont-elles pas une prémisse absurde à leur base? La comédie ne vient-elle pas de ce qui est ridicule, incongru ou exagéré? Et ces qualités ne sont-elles pas du « non-vrai »?

Nuance : Il y a une différence entre le VRAI et ce que nous pourrions tout simplement appeler le RÉEL. L’improvisateur complet devrait chercher la vérité, sans pourtant n’offrir que la réalité.

Le vrai, c’est ce détail dans l’impro qui fait un membre du public se dire : « Je fais la même chose! » « Je connais quelqu’un comme ça! » « Cette invention sur scène, mon bagage personnel me confirme qu’elle est fondée dans des faits! » Et ainsi de suite. La vérité, c’est dans quoi le public SE RECONNAIT, et en se reconnaissant dans nous, il S’ATTACHE à nous, il S’INVESTIE dans notre spectacle… Et il reviendra au prochain!

Le joueur vrai (et donc, dans un certain sens, le vrai joueur) cherche le vrai dans son physique autant que son verbal. Ses gestes sont précis; on voit le monde qu’il crée avec ses mimes. Les détails qu’il apporte sont vrais ou au moins ne sonnent pas faux (on verra, sous le 7e pilier, comment la Culture peut être notre meilleure amie dans cette entreprise). Il évite, mais n’abandonne pas complètement la caricature, car cette dernière contient sa propre vérité, applicable à certains genres d’improvisation.

10256951_614128851994916_5123010307406373454_n-2Mais d’importance capitale, l’improvisateur imbu de vérité est celui qui ne ment pas à son public, à ses pairs, ne se ment pas à lui-même. Évidemment, on joue un personnage, on imagine une situation, on opère dans un rêve partagé par les joueurs et le public. C’est une sorte de mensonge que l’on accepte d’un esprit commun. Le mensonge inacceptable, c’est quand on ne joue pas de plein cœur, quand notre motivation n’est pas celle de donner le meilleur spectacle possible, vaincre les défis qui nous sont présentés, et le faire en équipe, en se mettant au service, pas de son égo, mais de L’IMPROVISATION et de SES besoins.

Le joueur faux force la note, vole l’attention des autres, fait l’histoire prendre des tournants illogiques, faciles par peur de l’insuccès, ou au détriment de sa force dramatique. C’est le joueur qui joue pour les points, pour les étoiles, pour « prouver quelque chose » ou pour la reconnaissance. Et ça parait toujours. Le mystique du « joueur sympathique », c’est qu’il est, d’abord et avant tout, vrai. Le public se reconnait en lui, et sa passion pour le jeu et le spectacle – le positif en lui, quoi! – transparait dans sa performance.

Votre personnage et sa situation sont peut-être « faux », mais votre performance et votre ÊTRE doivent nécessairement être VRAIES. Sinon, pourquoi participer?

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “Les 7 piliers de l’improvisation : #5 La vérité

  1. Ping : L’impro c’est 13% talent… | Improvisation NB

  2. Ping : Les 7 piliers en chanson | Improvisation NB

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s