Thèmes au deuxième niveau

Par Michel M. Albert

1451553_552439548163847_38155653_nProblématique : Les joueurs ont trop tendance à n’exploiter le thème qu’au premier niveau.

Qu’es-ce que ça veut dire : Nos joueurs peuvent être trop littéralistes dans leur approche et leurs idées en caucus, et sur la glace, font littéralement ce que le thème nous dit. Ex. : « Le chien ». Au premier niveau, quelqu’un joue un chien, woof woof, etc.

Pourquoi est-ce un problème? : Encore une fois, c’est de l’impro, et il n’y a pas de formule magique. Des fois, être littéraliste, c’est ben correct. C’est une question de VARIÉTÉ et d’oser exploiter les thèmes de différentes façons. Il faut SURPRENDRE le public, ne pas les laisser devenir confiant qu’ils ont TOUT DEVINÉ, que c’est PRÉVISIBLE. Et si c’est prévisible, c’est PLATE.

J’encourage donc les joueurs à voir le 2e niveau des thèmes. « Le chien » : C’est l’histoire d’un gars qui est chien avec le monde. Pas ce que j’appelle la plus recherchée des idées, mais c’est moins « littéral ». 3e  niveau? Bien sûr! « Le chien » : C’est un gars qui se fait maltraiter dans sa vie et qui l’endure. Peut-être que plus tard dans l’impro, il ose s’enrager et se fait peut-être abattre pour avoir osé.

Au 1er niveau, l’impro est exactement ce que le thème dit. Au second, l’impro se base sur un autre usage des mots du thème, peut-être un jeu de mot (moins satisfaisant) ou une expression familière. On va tout de même comprendre parce que les mêmes mots sont utilisés (i.e. on va traiter le gars de chien). Au 3e niveau, ON NE DIT JAMAIS LE MOT « CHIEN »! L’impro est une métaphore suggérée par le thème et elle pose activement une question au public (« Comment est-ce que ceci se relie au thème? »). Ce mystère fait partie de l’intrigue de l’impro et est très satisfaisante au public qui lui porte attention.

Et attention! Quand vous allez au 2e ou surtout 3e niveau, il devient encore plus important de ne pas « PLUGGER LE THÈME ». À mon avis, c’est déjà trop facile de mentionner le thème au 1er niveau; c’est redondant. C’est une erreur que de sentir le besoin de DIRE EXACTEMENT LE THÈME pendant l’impro, par peur d’un Non-respect du thème.

558079_554015901339545_1330069717_nLe travail de l’arbitre pendant une impro doit inclure une ouverture d’esprit (la même que le public) à se demander « comment ceci respecte-t-il le thème? ». Il doit donner le bénéfice du doute jusqu’à la fin pour allouer le 2e ou 3e niveau. En bout du compte : Est-ce que cette histoire pourrait avoir le titre « Le chien »? Est-ce que ça fait du sens littéralement ou métaphoriquement? « Plugger » le thème VEND LA MÈCHE. Ça ruine le mystère et ça prend le public pour des nigauds à qui il faut tout expliquer.

Pour les joueurs qui n’ont pas encore beaucoup d’expérience, n’allez au 3e niveau qu’en comparée à moins que vous savez comment communiquer clairement votre interprétation à l’autre équipe. Mais le 2e niveau ne devrait faire peur à personne, même en mixte. Il y a des thèmes qui ne sont que 1er niveau – « Martine au Parc Kouchibouguac » n’inspire pas nécessairement un 2e ou 3e niveau – mais la majorité des thèmes devraient inspirer plus que le littéral. N’ayez pas peur d’explorer et d’imaginer!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “Thèmes au deuxième niveau

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s