Les stades psycho-sociaux de l’improvisateur

Par Daniel Ouellet

65361_614116065329528_3689387853555140338_nPendant mes études en éducation et en psychologie, j’ai inévitablement vu les stades psychosociaux d’Erik Erikson au moins cinq fois. Malgré tout, ce n’est pas avant que je lie les théories d’Erikson à l’improvisation que j’ai pu assimiler la matière pour de bon.

Premièrement, voici les stades psychosociaux du développement de la personnalité selon Erikson :

 

 

1 – Confiance / Méfiance (0-1 an)

2 – Autonomie / Doute (1-3 ans)

3 – Initiative / Culpabilité (3-6 ans)

4 – Compétence / Infériorité (6-puberté)

5 – Identité / Diffusion (adolescence)

6 – Intimité / Isolement (jeune adulte)

7 – Générativité / Centration sur soi (adulte)

8 – Intégrité / Désespoir (3e âge)

1375240_611500285591106_7618418420808831682_nPour un peu expliquer ce que ça veut dire tout ça : Erikson fut le premier à développer une théorie sur le développement de la personnalité qui s’étalait sur toute la vie (ses précurseurs, tel Freud, pensaient plutôt que la personnalité était complètement développée à l’adolescence). Sa théorie est aussi révolutionnaire dans l’utilisation de dichotomie des stades. Si la personne réussie bien à résoudre chacune des crises qui caractérise les stades, elle ajoutera à sa personnalité le premier élément de la dichotomie (dans le cas de confiance/méfiance, elle intégrerait la confiance) alors que si elle ne réussit pas bien à résoudre la crise, elle intégrera la partie négative de la dichotomie (la méfiance). Les âges donnés sont approximatifs et les stades, quoique successifs en temps, ne sont pas successifs, nécessairement, « en accomplissement ». En d’autres mots, il n’est pas nécessaire de satisfaire le premier stade pour passer au deuxième. Erikson dit, par exemple, que la préoccupation de la confiance/méfiance sera présente tout au long de la vie mais qu’une bonne résolution de sa première apparition, rendra plus facile son apparition plus tard.

Vous me suivez toujours? J’espère que ça ne porte pas trop à confusion. Essayons maintenant d’appliquer ça au développement d’un joueur d’impro!

STADE 1 – Confiance/Méfiance
« Il s’agit pour l’enfant d’acquérir la conviction qu’il est aimé et appuyé par quelqu’un quoi qu’il arrive. L’expérience intime d’une correspondance entre ses besoins personnels et la réponse du milieu créera cette confiance, cette assurance d’une compétence, d’une réussite et d’une sécurité. L’expérience d’un manque de correspondance, d’une insensibilité du milieu à ses besoins entrainera, au contraire, de l’anxiété, de l’insécurité et de la méfiance. » (Erikson)

Pour un joueur d’impro, c’est exactement la même chose. Personnellement, j’ai toujours non-officiellement adapté la confiance comme le 8e pilier de l’improvisation. Quand un joueur devient confiant en lui même, ça change tout. C’est là qu’il devient réellement un joueur.

Pour faire de l’impro, ça prend le « guts », la confiance d’être capable, premièrement, de se présenter devant un public, la confiance de dire « ok j’vais rentrer », et finalement, la confiance de se laisser aller, de devenir un personnage et d’agir en fonction des nécessités de l’impro.

Cette confiance est donc la première crise du joueur d’impro. S’il est bien encadré par des personnes qui lui disent qu’ils ont confiance en son potentiel, le joueur va pouvoir intégrer la confiance nécessaire à se développer. Un manque de rétroaction positive et d’encouragement créera chez le joueur une anxiété par rapport au spectacle. Il hésitera à vouloir être sur le banc, à vouloir entrer et à vouloir devenir un personnage.

10151255_611498852257916_7305789111268802963_nSTADE 2 – Autonomie / Doute
C’est le stade où le joueur doit réaliser qu’il est en contrôle de son propre développement. C’est ici qu’il doit affronter la deuxième crise du joueur d’impro : Entrer comme moteur dans une impro. L’expérience comme telle est un fardeau assez lourd sur le bien-être psychologique du joueur. Quand il aura réussi à tenir son bout assez souvent, sans qu’un troisième joueur de son équipe ait à l’aider ou le « sauver », quand il pourra revenir sur le banc, satisfait de son travail, il aura intégré l’autonomie à son développement. Il pourra se voir comme étant en contrôle de sa situation. Si, cependant, à plusieurs reprises, il échoue dans sa tâche de garder le rythme de l’impro, s’il fige constamment devant son public, il développera le doute et sera encore trop dépendant de son équipe.

STADE 3 – Initiative / Culpabilité
Ici, le joueur cherche à s’identifier, cherche à savoir quel type de joueur il est. Il veut être comme les bons joueurs, il cherche à s’améliorer. Il essaye d’imiter les étoiles, de faire partie du groupe, faire le même genre de personnages et styles d’impro. Le joueur est pris entre, d’une part, le désir de réalisation, d’initiative, de puissance et, d’autre part, la culpabilité liée au fait d’être allé trop loin, d’avoir été intrusif, d’avoir dépassé la limite.

STADE 4 – Compétence / Infériorité
La quête des étoiles. Quand le joueur se sent assez confiant, assez autonome et quand il a pris l’initiative de s’améliorer, il cherche encore une fois de la validation. Il cherche à être reconnu par ses pairs en recevant des étoiles pour ses matchs. Il commence à embarquer plus souvent, motoriser des impros, devient plus rude/imposant, essaie des catégories. Si ses efforts sont récompensés, il acquerra un sentiment de compétence, il se définira comme un bon joueur. Si malgré tous ses efforts, il est encore dépassé par les autres, il se sentira inférieur et deviendra officiel (une farce, mais c’est arrivé à plusieurs!).

1661788_611501602257641_5679084342289935711_nSTADE 5 – Identité / diffusion
La crise ici est celle de la spécificité de l’individu en tant que joueur. Maintenant qu’il a eu la chance de tout essayer les dimensions générales du jeu (catégories, rôles, etc.), il doit commencer à se définir de façon plus détaillée. C’est ici que le joueur se met en contact avec ses propres forces et faiblesses. Il fait le choix entre ce qu’il est et ce qu’il n’est pas (« Je suis cabotin », « Je n’aime pas être moteur », « Je suis un bon leader, un bon capitaine », etc.). Avec la résolution de cette crise du « Qui suis-je? », le joueur se développe une identité. S’il n’attaque pas cette crise, c’est-à-dire, s’il ne se pose pas la question de qui il est et qu’il ne fait pas face à ses faiblesses, son identité sera diffuse et il continuera de s’investir dans des rôles qui ne l’avantagent pas, ou alors sera incapable de s’améliorer par manque de compréhension de son propre jeu.

STADE 6 – Intimité / isolement
Alors que chez le développement de la personne, Erikson fait référence à l’intimité avec une autre personne, dans un contexte d’impro, l’intimité qu’il est nécessaire de développer est celle avec le public. La crise consiste à investir dans celle-ci sans perdre son identité. Comme dans un couple, à un moment donné, il faut s’avoir vivre ensemble et faire des compromis, ce qui implique nécessairement des changements dans nos façons de faire. Pareillement, un joueur d’impro ne peut pas être en relation avec son public pendant longtemps sans avoir à se réinventer, ou du moins à faire des ajouts à son jeu, à faire des compromis entre ce qu’il veut offrir et ce que la foule veut voir. Le joueur qui réussit à bien évoluer à travers ce stade aura gagné l’amour inconditionnel de son public, celui qui s’entête à toujours faire la même chose se sera isolé de sa foule et on pourra observer une régression dans les stades.

10013749_613481692059632_2427248152179782428_nSTADE 7 – Générativité / centration sur soi
À un moment donné dans sa carrière, le joueur aura le désir de partager ses connaissances avec les autres. Se développera ainsi un désir de s’investir pour l’amélioration et l’évolution du jeu comme tel et non seulement de sa personne. Il se concentrera surtout sur le futur pour la prospérité plutôt que sur l’investissement sur soi-même dans l’immédiat. Par exemple, un joueur devenu entraîneur peut essayer de développer toute son équipe, perdant plusieurs matchs au court terme, mais produisant aussi potentiellement un bon pool de recrues au long terme (générativité), ou il peut faire joueur uniquement son joueur-étoile dans le but de gagner tous ses matchs et le tournoi (centration sur soi).

STADE 8 – Intégrité / désespoir
Finalement, le joueur à la retraite regardera en arrière pour juger de sa carrière. Soit il acceptera ses succès comme ses insuccès, provoquant un sentiment de fierté et de bien-être, soit il regrettera ce qu’il a fait ou ce qu’il n’a pas fait, créant un désespoir face à ses investissements. Une réussite à cette crise peut être mesurée par la réaction du joueur face à l’obligation de se retirer. Se sent-il confortable de partir en laissant les autres continuer? Ou hésite-t-il à partir, sentant qu’il doit encore en faire?

En conclusion
Il ne faut pas croire que les résultats de ces crises sont permanents! Pas du tout! Un joueur peut passer à travers chaque crise à plusieurs reprises! Cependant, une crise qui mène constamment à l’échec devient, évidemment, de plus en plus difficile en surmonter. Enfin, tout peu aussi dépendre de comment une personne définie personnellement son succès à chaque stade. Quand au Stade 4, nous avons parlé d’étoiles, ce n’était qu’un exemple ; un joueur pourrait plutôt chercher des votes, le prix du plombier, l’approbation d’un mentor, etc.

Et en réalité, les choses ne sont évidemment pas si dichotomiques, mais il peut être intéressant d’examiner son développement à travers ce filtre.

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

6 réflexions sur “Les stades psycho-sociaux de l’improvisateur

    • Aussi, ça me fait rire qu’on m’a forcer à apprendre les stades d’Erikson dans comme 5 cours différents, que j’ai écris cet article là dessus, que j’en ai fait des projets…et qu’aujourd’hui, sans lire cet article, j’aurais probablement pas pu en nommer plus qu’un.

      MEMORY FODDER!

  1. «Si ses efforts sont récompensés, il acquerra un sentiment de compétence, il se définira comme un bon joueur. Si malgré tous ses efforts, il est encore dépassé par les autres, il se sentira inférieur et deviendra officiel»

    Je voulais juste ressortir cet extrait, d’un coup que certains ont lu en diagonale 😛

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s