10 choses que t’apprends quand tu deviens un coach

Par Miguel Roy

Cette année, j’ai eu l’opportunité d’aller de joueur d’impro, à entraîneur. Ça m’a donné la chance d’apprendre un monde complet de nouvelles choses et j’aimerais prendre un peu de temps pour le partager avec vous. Donc, pour vous donner la chance de vivre un peu c’est quoi la vie d’un tout nouvel entraîneur, voici les dix choses que j’ai apprises dans ma première année de l’autre côté de la bande.

179011_439012709506532_1102326542_n1. Tu fais encore partie de l’équipe.
C’est un peu décevant l’idée d’être entraîneur. Dans ma tête, ça veut dire que tu es maintenant une autre sorte d’organisme. J’aime faire la comparaison à un entraîneur de hockey. Il est sur la glace avec les joueurs, mais il ne porte pas de patins, il ne lance pas la rondelle, et il n’est pas aussi reconnu que les joueurs. Mais, quand on y pense un peu, on réalise vite que l’entraîneur fait autant partie de l’équipe que le reste. Non seulement voit-on l’impro avec un différente oeil que les joueurs, on peut aussi plus facilement voir l’histoire se former et, comme le public, on sait plus facilement ce qui manque à l’impro grâce à ce changement de perspective. Non seulement ça, mais le morale de l’équipe serait plus bas sans un entraîneur motivé et motivant

2. La motivation de l’équipe vient de toi.
Oui, les équipes chantent des chansons ou crient des folies à haute voix pendant les impros, mais l’entraîneur peut avoir un immense impact sur le morale de l’équipe. Au début de l’année, j’ai commencé à travailler avec mon équipe de l’année dernière. Mon attitude était le genre d’attitude que l’on aurait quand on est alentour de ses amis. J’ai vite réalisé que l’équipe prenais cette attitude aussi, au point où ils ne voulaient plus faire d’impro et juste s’asseoir et jaser ensemble. C’est seulement quand j’ai décidé de concentrer mon intérêt sur le jeu que les joueurs ont voulu jouer. Des choses simples comme choisir un capitaine et lui donner quelque chose à faire avec son rôle, ou même organiser des activités d’impro hors des pratiques, ça peut aider à garder l’intérêt dans le jeu. N’oubliez jamais de mettre de l’effort à garder votre équipe le plus enthousiasmée de l’impro possible. Être plate, c’est pas mature, c’est juste plate.

3. Tes amis sont difficiles à coacher.
Oui, ma première année, et j’ai commencé avec mes amis. Un entraîneur, que ce soit un enseignant de l’école ou un étudiant d’université, a quand même dans une position d’autorité. Les joueurs, eux, ont besoin d’apprendre quelque chose, sinon pourquoi avoir un entraîneur? Je ne dit pas qu’être amis avec tes joueurs, c’est une mauvaise chose, mais qu’avoir une relation coach-joueur devrais être la première étape. Si tu entres dans une équipe et tu connais l’entraîneur, c’est difficile de le voir comme quelqu’un qui est là pour t’apprendre quelque chose. L’opposé est plus facile, donc essayez d’avoir une relation professionnelle avec les joueurs avant de développer une relation d’amitié avec eux.

481851_10150620782904141_364066691_n4. C’est difficile de ne pas jouer.
Être assis sur le banc, c’est le fun. On a un siège de première rangée sur l’action et un lien direct avec l’impro qui se joue. Parfois, dans le milieu de l’action, on peut oublier que l’on n’est pas un joueur de l’équipe, et ça peut même être difficile, surtout quand on n’a pas l’opportunité de jouer régulièrement soi-même. La pire sensation, c’est d’avoir une idée parfaite pour l’impro, et de réaliser soudainement que l’on ne peut pas entrer dans le jeu. Encore pire, c’est d’essayer d’expliquer son idée à un joueur dans l’espace de quelques secondes en chuchotant. Au moins, on peut être certain qu’ils vont faire de leur mieux pour comprendre l’idée, même celles qui sortent de nulle part.

5. Le meilleur moment de l’année, c’est de voir une amélioration dans son joueur.
Cette année, j’ai eu la chance d’être présent au tournoi de qualification provinciale, mais pas avec mon équipe habituelle. Avec quatre joueurs que je n’avais jamais rencontrés avant, j’ai vécu mon premier tournoi en tant qu’entraîneur. L’aventure fut un plaisir énorme. À chaque fois qu’un joueur entre dans une impro, l’entraîneur a déjà des attentes basées sur ses connaissances de la façon que cet improvisateur joue habituellement, mais parfois, le joueur fera une impro qui rendra son entraîneur bouche-bée (j’ai toujours voulu utiliser s’te mot là). À chaque fois que l’on voit un de ses joueurs faire quelque chose d’extraordinaire, il y a un moment de fierté qui vient avec l’idée que l’équipe grandie ensemble ; c’est un des meilleurs sentiments au monde. Et c’est toujours un peu comme ça quand on joue avec des joueurs qu’on ne connaissait pas.

6. L’équipe grandie ensemble plutôt que chaque joueur individuellement.
Je vais être honnête pour un moment. On a tous un joueur dans notre équipe que l’on pense le meilleur du groupe. Cette idée est fausse. Quand on commence comme coach, on veut travailler avec ce joueur le plus possible pour qu’il devienne le meilleur improvisateur du monde, mais le reste de l’équipe sont la raison pourquoi l’impro fonctionne. Oui, il est possible qu’un joueur en particulier soit follement bon, mais sans le reste de l’équipe, il n’y a rien avec lequel travailler. Les autres membres de l’équipe, eux, ont le potentiel de se rendre au même niveau ou le dépasser. Suffit qu’on s’investisse dans tout le monde. Il faut donner de l’attention à chaque joueur pour qu’il comprenne son importance au sein de l’équipe. Si l’équipe grandie ensemble, tous ses membres gagneront, perdront, riront, joueront et s’amélioreront ensemble aussi.

479829_438999356174534_1022725001_n7. Commence à la base.
Simplement dit, l’impro, c’est compliqué à apprendre. Chaque année, l’équipe reçoit et accueille de nouveaux joueurs. Si, comme entraîneur, on commence l’année en parlant de concepts avancés avec les joueurs de l’an dernier, on perdra vite l’intérêt des nouveaux joueurs. Commencez toujours l’année avec la base de l’impro, et bâtissez votre équipe comme si c’est la première année de tout le monde. Vous serez surpris de voir combien de concepts « faciles » les anciens joueurs ont de la difficulté avec après le congé d’un été. Ce qui est encore plus important, c’est que les nouveaux joueurs se sentiront d’autant plus comme une véritable partie de l’équipe s’ils se sentent au même niveau que les autres. Donc prenez ça lentement et commencez du début, vous pourrez peut-être même apprendre quelque chose de nouveau vous mêmes.

8. L’équipe, c’est votre entraîneur.
Oui, on a tous déja entendu la phrase « L’étudiant devient le maître », mais la vérité derrière cette phrase est importante. L’expérience d’être un entraîneur ne vient pas nécessairement avec celle d’être un bon joueur d’impro, mais plutôt avec l’expérience d’être entraîneur. Vous ne serez pas toujours parfait, même presque jamais, mais vous apprendrez de vos erreurs et évoluerai avec l’équipe aussi. Faites des recherches sur l’impro, regardez des matchs, posez des questions à votre équipe. Vous serez souvent surpris de ce que vous apprendrez sur l’impro et sur le boulot d’être entraîneur.

9. Ne soyez pas trop sérieux, mais soyez professionnel.
L’impro c’est un sport, mais ce n’est pas une compétition. Le but de faire de l’impro, c’est de donner un bon spectacle. L’entraîneur, lui, c’est son rôle de guider les joueurs pendent qu’ils donnent le spectacle. Si l’on prend ça trop au sérieux, l’équipe, ou même les autres équipes, pourrait perdre son respect pour l’entraîneur et ne pas l’apprécier. De l’autre côté, si l’on n’est pas professionnel, l’équipe ne se prendra pas au sérieux et ne s’améliorera jamais. Il faut trouver un équilibre qui varie avec les joueurs que l’on coache. Trouvez le juste milieu et gardez-le.

404077_10150620783244141_269597915_n10. T’es encore un joueur d’impro, ait du fun!
Parfois, c’est tellement différent derrière le banc des joueurs que tu oublies que t’es encore un joueur d’impro aussi. Un tournoi, c’est une fin de semaine où tu rencontres des personnes, et tu vois des gens que tu ne vois qu’une fois par année ou même moins. Assied-toi et enjoy le show, c’est ça que l’impro après tout, un show.

Bon, voilà, 10 choses que j’ai apprises cette année. Merci beaucoup, et à la prochaine!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

6 réflexions sur “10 choses que t’apprends quand tu deviens un coach

  1. Pour la section Tes amis sont difficile à coacher, c’est pourquoi j’ai pris un an de  » congé » avant de commencer à coacher. Premièrement, ça me donnait un recule, afin de mieux voir les différent aspects du jeu que je n’avais pas visité. Deuxièmement, j’ai été dans une autre école secondaire et troisièmement, les jeunes te vois comme un coach et non comme un ami, ce qui permet d’avoir une certaine autorité.

  2. Très bon texte Miguel! Bien hâte d’en lire plus!

    J’espère que tu vas continuer à être entraîneur, ça demande beaucoup de temps et d’énergie mais crois-moi, tu ne le regretteras jamais!

  3. Je trouve souvent que le problème coach/ami survient quand le coach sort du secondaire.

    Pas que ses mal, mais souvent ton équipe ne te voit pas comme un coach et plus comme justement un  »buddy » qui n’a rien à nous apprendre. Par contre tu peux développer une amitié avec tes joueurs par la suite quand le respect est installé. Ses très bon pour le moral et la chimie de l’équipe.

    Ma plus belle expérience à date dans ma courte vie de coach est surement voir le développement dans le jeu de nos joueurs et les souvenirs qu’ils vont rapportez dans leurs bagages de leurs souvenir d’impro durant toute leurs vie.

  4. Great article Miguel! 🙂
    Ça donne un bon premier pas ou des trucs au gens, vieux ou jeunes, qui aimerait amener leur support au équipes qui en ont besoin.
    Rare que le parcours (de quelqu’un qui en mange de l’impro) va se terminer dans leur rôle de joueur au secondaire
    Ils finissent par trouver un autre moyen de mettre leur grain de sel dans la communauté! 😀

  5. Merci guys! J’pensais que ce serait quelque choses de fun a ecrire a propos, et ce l’etait. Je vais essayer d’en ecrire plus dans le future quand les idees m’arrivent.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s