En hommage à Michel McSween (1966-2014)

Par Michel M. Albert

Le 3 février dernier, le Temple de la Renommée de l’improvisation au Nouveau-Brunswick perdait un des siens, Michel McSween, un pionnier de l’impro dans la région du Madawaska, et  je suis honoré de pouvoir le dire, un de mes anciens co-équipiers.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Michel McSween (à gauche) avec son fréquent partenaire d’impro, Michel Hédou, au tournoi Richard-Therrien 2005; sûrement une improvisation de fermiers, avec Joachim et Jean-Jacques (classic)

Plus que ça, évidemment. Sans McSween, je n’aurais sans doute pas continué mon cheminement en impro au-delà de l’école secondaire. C’est lui qui m’a tordu le bras – un tantinet caoutchouteux, on s’entend –  pour faire partie de la LILOMA (Ligue d’Improvisation st-LOuis-MAillet), qui m’y a nommé capitaine d’une des deux équipes, qui m’a trainé à ma première Coupe universitaire. C’est avec lui que j’ai eu mes premiers débats intenses au sujet de l’improvisation – parce que s’il y a bien un mot qui décrit McSween, c’est bien « intense », pour ne pas dire « explosif » – et nous n’étions pas toujours d’accord. Nous nous enflammions. Le ton montait. Et par cet exercice, nous trouvions un terrain commun, une vérité plus pure quant à ce jeu que nous aimions tant.

Nous nous gardions honnêtes.

Et quand on parle de la grande famille de l’improvisation, c’est un peu ça. Nous ne nous entendons pas toujours bien avec nos frères et sœurs, mais à la fin de la journée, nous sommes liés ensemble par le sang et ça, ça ne s’en va pas. Pas le sang dans le sens génétique, évidemment, mais le sang, la sueur, les larmes que l’on laisse dans l’arène. Improvisateurs et improvisatrices, regardez autour de vous. Ces gens sur votre banc, sur le banc adverse, dans l’équipe des officiels et des organisateurs, vous partagez avec eux quelque chose qui pourrait vous durer toute votre vie : Des expériences, des valeurs, des rivalités, des amitiés.

Et j’espère que parmi eux, vous avez votre propre Michel McSween. Quelqu’un qui vous met au défi, que VOUS mettez au défi, avec qui former votre pensée improvisatrice et pousser votre jeu hors de votre zone de confort.

J’invite ceux et celles qui ont côtoyé Michel McSween – dans la LILOMA, à la CUI, dans la LIMA, au tournoi Richard-Therrien et ailleurs – de célébrer sa vie en racontant leurs meilleures histoires à son compte dans la section commentaire. Je vous y rejoindrai, n’ayez crainte, à mesure que le choc de son décès cède sa place à mes souvenirs de jeunesse.

Advertisements

4 réflexions sur “En hommage à Michel McSween (1966-2014)

  1. Je vais commencer…

    Une des choses excitantes en impro quand j’étais au secondaire, c’était le premier improvisathon de 50 heures de la LILOMA. Je ne sais pas combien de temps j’ai passé au Centre des Congrès (surtout que c’était à TVCE-5 aussi, donc mes souvenirs pourraient venir d’une source ou l’autre), mais j’ai une tonne d’histoires d’impro cocasses en rapport à ce ‘thon et à celui de l’année suivante quand j’ai eu moi-même la chance de participer.

    Au premier, je ne sais pas combien de fois McSween et Hédou ont joué une variation de leur impro des deux fermiers, Joachim et Jean-Jacques, deux bonhommes qui croyaient toujours que [le thème] était surement un moyen de faire de l’argent, habituellement avec l’aide de Germaine/Gertrude leur vache, et en dépis de la Gertrude/Germaine, la femme de Joachim. Plus de fois qu’une prémisse de Saturday Night Live, je vais vous dire!

    Au deuxième, Hédou était à Moncton, ce qui a benché Joachim pas mal (je n’ai pas remplacé le personnage de Jean-Jacques, je suis beaucoup trop court). Mais encore une fois, je me suis retrouvé spectateur de McSween plutôt que co-équipier ou adversaire. Vous voyez, à 50h, il faut dormir qqtemps, et on avait des shifts pré-déterminés. 8 joueurs par équipe, 2 de chaque côté en rotation en tout temps, 4h de jeu/4h de repos. Moi et McSween étions sur des shifts opposés, donc on ne jouait jamais ensemble (sauf les 2 dernières heures, où tout le monde jouait). Ce qui est drôle, c’est que mon buddy sur le repos avec moi était beau bonhomme populaire avec les filles, et quand on jouait, il n’avait qu’à faire des be-byes dans leur direction pour avoir le vote. Il avait même pas besoin de rentrer! Quand McSween revenait au jeu, il était toute comme, voyons donc, qu’est-ce qui est arrivé au pointage?! Et là, surtout dans le shift de la nuit, il remontait ça pour son équipe, lui aussi avec de l’aide particulière. Il travaillait dans une maison pour jeunes délinquents, pis ces kids-là venaient passer la nuit à l’improvisathon comme seul public, voter pour leur moniteur, tsé! Là nous-autre ont revenait au jeu, pis le score était tout débalancé en faveur de l’autre équipe! Somehow, cet improvisathon a tout de même fini EN SUPPLÉMENTAIRE, avec des pointages dans les 150. McSween avait accumulé le plus de punitions, et ma mémoire me dit que c’était 200quelques. J’ai peut-être exagéré les chiffres avec le temps, mais Stéphane Raymons arbitrait la moitié du temps, donc c’est très possible.

    J’en ai sûrement d’autres. À venir.

  2. je crois que dans cet improvisathon j’étais la troisième sur la liste à avoir le okus de punition…M. McSween et moi était sur le même shift…je ne me souviens pas si j’étais dans son équipe mais quand nous étions sur la scène ensemble, l’impro frôlait rated X… je crois qu’il aimait me prendre pour un jouet…et je jouait le jeu…difficile de demeurer sérieuse quand tu joues avec un Mcsween, un Hédou…mais grâce à ses deux frères, j’ai adoré mes années universitaires (trop courte pour moi)…Michel est un homme que j’ai toujours respecté et que je respecterai toujours…

    Comme mentionné dans l’article à Michel Albert, il était intense, explosif…et à choisit de terminer sa vie de la même façon…mais il a encore et toujours toute mon amitié, et mon respect!!! so long l’ami….tu demeureras toujours dans mes pensées… xx

  3. Comme tout le monde à Edmundston qui fesais partie de l’improvisation dans les années 90, Michel McSween était dans les parages en train de propager la bonne nouvelle.

    Mon premier vrai contacte avec Michel Mc date de Janvier 1997. (RAPPEL: Avant ce temps je l’avais jamais vraiment rencontré formellement. Comme j’ai déjà mentionné dans le passé, mon amour pour l’impro a vraiment débuté à Moncton et lors de mon retour dans la region disons que ça me manquais.)

    Durant ce même mois Michel Mc venait de créer une ligue civile du nom de la LIMA (Ligue d’Improvisation du MAdawaska. Je ne fesais pas partie de cette ligne, fort probablement parce que, côté impro, j’étais encore un inconnu dans la region.

    Il avait eu un tournoi secondaire à la CDJ donc une bonne partie de la LICUM y participais comme offficiel. C’était durant le dernier match avant le match étoile qu’il est rentré avec son « entourage »: Michel Hédou, Stéphane Bourgoin et Jacques Lacombe, tous des anciens de la LILOMA.

    Durant cette partie j’étais juge de ligne et Michel Albert étais l’arbitre en chef. Durant un caucus j’ai dis à Michel » « Hey McSween est içitte », il répète ce que je venais dire et me demande où est-il, je pointe à sa direction et Michel Mc le regarde avec un sourire et un hand waive. Michel A. avait hate de terminer le match afin d’aller y parler, ce qui était dans pas long. Le match fini et tout de suite les deux se sert la main comme deux vieux amis.

    Pas longtemps après Michel H. me présente à Michel Mc. « Lui, là c’est un bon arbitre » Michel H. dit à Michel Mc. Michel Mc était comme « ah c’est bon » et ainsi de suite. C’étais déjà confirmé que j’allais arbitrer le match étoile, donc je me suis dis que j’allais tenté de ne pas decevoir.

    Lors des préparatifs du match étoile, c’étais évident que Michel A. voulait faire jouer tout les anciens présents. Le match étoile fut très bon. Il avait la LICUM avec Samuel Chiasson, Rejean (Laplanche) Claveau, John Boucher et Bass Levesque. L’équipe étoile du secondaire avait Daniel « Puce » Carrier, Fred Mallais, Genevieve « Chicks » Arseneault et Yan Abud. Dans l’équipe des anciens il avait McSween, Hédou, Robert Gauvin et Michelle Levesque.

    En tout cas, quel match! C’est un match étoile de tournoi qui est dans mon top 5 de mes préférés.

    Après la partie, Michel Mc viens me voir et me dis: « Toi tu vas venir arbitrer dans la LIMA t’as pas le choix ». Et c’est de même les amis que j’ai vécu ma première expérience dans une ligue d’improvisation civile.

    A tout les semaines il m’appelait pour faire certain que j’allais être présent et j’en manquais pas. J’ai aussi eu la chance de jouer afin de faire une rotation avec Stéphane Raymond.

    Après ça la porte m’a tellement ouverte dans la region c’était fou. Dans peu de temps je me fesais demander de jouer et arbitrer partout dans la region. C’est aussi grâce à la LIMA que j’ai été plus au moins recruté pour faire partie de la LILOMA, une ligue donc j’ai donné mon coeur durant 7 ans de ma vie.

    Durant mon temps à la LILOMA je n’avais pas oublié ceux qui m’avais ouvert la porte et au besoin lorsqu’on avais besoin de Michel Mc pour jouer un match des anciens on donner un atelier il disait toujours oui.

    En Février 2000 j’ai eu cette idée folle d’organiser la CUI à Edmundston. Je trouvais que ça allais donner un coup de pouce à la LILOMA et je savais que c’étais possible de le faire à Edmundston. Pourquoi? Parce que Michel McSween avait été un des organisateurs de la 4e CUI qui avait eu lieu en 1991. Si il n’ aurait pas eu de CUI à Edmundston auparavant je ne crois pas que j’aurais osé faire une telle demande.

    Durant la CUI à Québec 2001 j’avais l’intention de poser ma candidature, Michel Hédou était au tournoi à tant que spectateur et je lui ai glissé un mot. Il m’a dis que c’était une bonne idée et qu’il allait me supporter. Malheureusement Sherbrooke avait déjà offert de l’organiser et leur candidature fut retenu. Mais c’est pas grâve! Je me prépare d’avance pour refaire la demande en 2001 et j’ai réussi.

    Lors de mon retour de la CUI 2001, j’ai appelé Michel Albert pour lui parler de mes attentes. Je lui dis en farce que j’avais appelé Michel Hédou pour lui dire: “Michel la CUI l’an prochain est à Edmundston, tu l’organiseras.” pour ensuite lui raccrocher la ligne. Michel A. a decidé de me nominer pour Colon de l’Année pour ce “geste” a fesant croire à tout le monde que j’avais vraiment fait ça.

    Me voilà à l’automne 2001 et je tente de faire des réunions pour organiser la CUI. J’ai bien de la misère à faire une reunion. Pas longtemps après j’attend dire qu’il a eu une reunion et j’appelle chez les Soucy pour en avoir plus de détails. Päivi Soucy est nommer présidente du comité et tout les autres postes restes a combler. C’est durant la prochaine reunion que je dis à Päivi que moi je voulais être le president, elle m’offre la vice-présidence et j’accepte immédiatement, ce qui fesait plus de sens car je n’étais pas étudiant. C’est durant cette reunion que je regarde autour de moi et je me demande “mais où sont les membres de la LILOMA?”. J’ai vite realisé que Päivi étais la seule membre active de la LILOMA qui voulait vraiment s’impliquer dans ce projet. Elle était en manque de bénévoles et elle a été obligé de recruter des étudiants qui n’étais pas impliqués dans la LILOMA.

    Notre manque d’expérience rendait la tache difficile, car non seulement que le président du conseil étudiant avais refusé de nous supporter (ce qui a fais un froid entre moi et lui qui existe à ce jour), mais l’université ne voulais pas donner son support. Notre plus grand supporteur Richard Therrien étais en congé sabbatique et son remplacant nous as critiqué pour ne pas les avoirs consulter avant d’accepter ce défi. Les choses n’allaient pas bien disons.

    C’est à ce moment que Päivi a eu la brillante idée de demandé à Michel Hédou ne nous aider. Il accepte pratiquement sans hesitation. Ceçi a fait en sorte que les d’autres anciens comme Denis Levesque, Stéphane Bourgoin et MICHEL MCSWEEN embarques dans cette aventure. Finallement ça commence à être sérieux.

    Durant une reunion avec le remplaçant à Richard Therrien, elle répète encore que notre volonté n’est pas partagée avec elle. C’est durant cette réunion que McSween a commencé à prendre charge, il utilise son côté determinant pour la convaincre de l’importante de la CUI. En fait il a pratiquement à lui seul fait en sorte que la direction change leur fusil d’épaule pour finallement donner son appui.

    Et ça commence, la cueillette de fonds, le PR, le tout. Michel Hédou propose qu’on nomine Michel McSween comme president d’honneur et tout le monde est d’accord. Sa détermination a sauvé la face de la LILOMA encore une fois, donc quoi de mieux que de l’honorer.

    La CUI 2002 fut un immense success. C’était un travail d’équipe, mais Michel McSween a encore une fois été là au besoin.

    Mon numéro à tant que joueur d’impro a toujours été le 4, ce qui représente pour moi les efforts de mes parents a éléver 4 enfants. C’est seulement plus tard que j’ai realisé que je suivais les numéros 5, 6 et 7 de Michel Hédou, Michel McSween et Michel Albert. Je me trouvais en bonne compagnie numérique.

    Même aujourd’hui, des amateurs d’impro de la region me demande encore: “C’est quand allez-vous faire une game là, on aimait ça”. Ma réponse est toujours la même, oui j’aimerais ça, mais comme nos jeunes quittes la region ça fini toujours par être les mêmes qui sont impliqués dans l’organisation, soit les deux Michel, Stéphane Bourgoin et Moi entre autres. Je ne peux parler pour eux, mais je crois qu’ils ont le même sentiment qu’on aime ça l’impro et on ferais un match à tout les semaines si ça serait possible, mais on aimerait bien avoir d’autre personnes a nous aider avec l’organisation.

    Il y a toujours des possibilités içi à Edmundston, comme recommencer une ligue civile ou faire revivre le Tournoi Richard-Therrien. Sauf la perte de Michel McSween est lourde et ça sera très difficile de participer sans penser à notre confrère. Il va nous manquer.

    Michel, si Dieu ne voulait une ligue d’improvisation au ciel je suis certain que tu vas lui faire changer d’idée 🙂

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s