Zen ou l’art de la création de personnages

Par Michel M. Albert, genre d’un personnage

1466082_552055648202237_1107191890_nIl y a plusieurs techniques pour créer un personnage en impro : L’imitation de gens qu’on connait. La banque développée au préalable et où on peut aller puiser régulièrement. Troquer sur sa personnalité de scène, i.e. être soi-même, surtout quand on a déjà une personnalité drôle ou intéressante (Francis à la plage, Francis au supermarché, Francis pompier, etc.). Elles ont toutes le même désavantage, cependant. Elles invitent le déjà vu, la fatigue du public face aux personnages qu’il a vu maintes et maintes fois, qui rend le joueur redondant, son jeu facile, son personnage une béquille.

Je vous présente donc la technique « zen », ainsi appelée parce qu’elle vous demande essentiellement de se livrer aux désirs de l’univers, de le laisser jouer à votre place…

< sons de criquets >

Je m’explique.

C’est très simple. Vous venez de terminer un caucus, vous savez ce que vous voulez faire (histoire, lieu, personnage, un ou plusieurs de ces éléments), évidemment, tout ça va informer votre personnage.

Quand vous entrez dans l’impro, vous retournez vers le joueur adverse ou vers le public, ou prenez position dans l’arène, laissez ce mouvement inspirer votre posture, votre démarche. Vous vous êtes tourné vite? Restez vite et nerveux. Votre position initiale est recroquevillée sur la bande? Votre personnage pourrait rester bossu, trainer des pieds, avoir les bras mous.

Vous avez maintenant un physique, laissez le inspirer votre voix, votre accent, votre niveau de langue. Une personne droite comme une barre a un ton militaire, confiant ou snob. Le personnage nerveux a peut-être une voix légèrement traitée à l’hélium. Une démarche décontractée indique un personnage nonchalant, qui laisse son accent « de rue » paraître.

Votre personnage est maintenant physiquement complet. Il nous donne quelque chose à regarder et à écouter. Remplissez le d’une vie intérieure, faites le vivre une expérience, bref, improvisez! Avec cette technique, les interprétations sont multiples, il n’y a pas de formule. Vos personnages devraient ainsi éviter la redondance et aussi mieux correspondre aux besoins de l’impro en cours, plutôt que d’agir comme un morceau de casse-tête qu’on essaie de forcer à une place qui n’est pas exactement la même forme.

Et facile à pratiquer. Retournez-vous, commencez à marcher, maintenant parlez. Arrêtez, recommencez. Sous peu, la technique deviendra seconde nature, de l’impro pure à laquelle vous n’avez pas besoin de penser. L’univers fera ces choix-là pour vous, c’est-à-dire votre subconscient, et vous pourrez vous concentrer sur faire avancer ce personnage qui vous a été « donné ».

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

2 réflexions sur “Zen ou l’art de la création de personnages

  1. Ping : Atelier de base : La foule de personnages | Improvisation NB

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s