Une sacrée grosse ligue

Par Jonathan Thibodeau

Pour des raisons qui varient, les ligues d’improvisations sont de différentes tailles. La plupart des ligues d’improvisation ont de deux à quatre équipes, habituellement armées de quatre à six joueurs, entraineurs et substituts optionnels. Certains facteurs, comme le nombre d’inscriptions sont difficiles à contourner. Néanmoins, certaines ligues font la décision consciente de diminuer leur taille. Et les arguments pour cette réorganisation sont valides en théorie : on veut améliorer la qualité du spectacle en éliminant les joueurs qui ont plus de difficulté; on veut donner plus de temps de jeu aux joueurs, surtout les « vedettes »; une grosse ligue est plus difficile à diriger. Avec cet article, je vous invite à cependant explorer l’aspect pratique d’une plus grande ligue.

LICUM 2001-2002

LICUM 2001-2002

L’avantage organisationnel
Le premier match d’improvisation que j’ai vu était un match de la Licum en 1997. La ligue se formait de 4 équipes de 6 joueurs plus un substitut par équipe. Il y avait des joueurs de tous les niveaux. Cette année-là, j’ai eu le privilège de devenir un remplaçant de mi-saison. Ça n’a pas été facile au début, mais au fil des années, je me suis développé un rôle au sein de la ligue sans être un joueur très talentueux. Durant ces années, il y avait plusieurs joueurs qui étaient des 4e, 5e et 6e joueurs de calibre dans leurs équipes, mais ils étaient des plombiers/organisateurs dans la ligue, des gens qui s’assuraient que la structure était fonctionnelle, des joueurs/bâtisseurs comme Geneviève Maltais, Alain Degrâce, etc. J’imagine aujourd’hui qu’en 1997, si la Licum n’était qu’une ligue de « vedettes », je n’aurais jamais osé jouer de l’impro et je n’aurais jamais eu une carrière de 7 saisons et demie.

La métaphore sportive
Ça a l’air de quoi une équipe de hockey qui joue seulement avec trois lignes au lieu de quatre? Il y a peut-être plus de bons jeux, mais les trois lignes se fatiguent plus rapidement et auront de la difficulté en fin de saison. Qu’est-ce qui se passe si plusieurs joueurs de première ligne sont blessés? Un joueur d’impro peut être brûlé. Un joueur d’impro peut manquer un match. Il est important d’assurer de la relève.

L’avantage éducatif et développemental
L’improvisation, c’est tellement le fun que bien des joueurs la pratiquent pendant de multiples années. Certains joueurs ont accompli tellement durant leur carrière que la prochaine étape logique est de devenir des « joueurs enseignants ». Ce n’est pas un devoir, mais il y a un certain plaisir à éduquer des joueurs novices. Sans la tutelle de Samuel Chiasson et de Michel Albert, par exemple, ma croissance en tant qu’improvisateur aurait été ardue.  Avoir une grosse équipe encourage la relève, la spécialisation des joueurs, elle crée des plombiers, des joueurs de support, des joueurs de niche, des rôles qui sont très importants au sein d’une ligue. Plus de joueurs sur un banc équivaut plus d’idées.

LICUM 2002-2003

LICUM 2002-2003

L’avantage spectacle
Ce n’est pas un secret qu’une grande partie du plaisir, c’est la réaction de la foule. Elle nous donne l’énergie nécessaire pour performer. Une grande partie de la foule, c’est nos chums, c’est d’autres joueurs et officiels. Généralement, un gros public amplifie la qualité du spectacle. Personnellement, un des grands plaisirs d’être un spectateur, c’est d’être témoin d’une percée – une  « breakout performance » – de voir un joueur avoir son premier gros match. Il y a un bénéfice à présenter de nouveaux visages et moins de pression sur les « vedettes » quand la relève est solide. Ça leur donne l’opportunité de prendre un rôle différent pour une soirée.

L’avantage social
Le monde de l’improvisation, c’est une famille, une communauté. Plus il y a de joueurs et de spectateurs, plus de gens peuvent partager leur culture et leur passion, le mieux!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen à improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

5 réflexions sur “Une sacrée grosse ligue

  1. Moi j’ai joué dans une grande ligue avec quatre équipes et j’ai aussi joué avec une plus petite ligue avec 3 équipes comme qu’on fait à LICUM maintenant. Les deux ont leurs avantages, je dois dire que c’est le fun être seulement 4-5 sur le banc. Mais, je suis en accord qu’une grande ligue à ses avantages. J’ai des bonnes mémoire de la première saison de La Chiac étant sub. Aujourd’hui les ligues consistent beaucoup de joueur qui jouait auparavant au secondaire. Je me sens toujours mal pour les personnes qui viennent à l’audition avec du potentiel, mais on les choisit pas parce qu’ils n’ont pas d’expérience est c’est trop un gamble.

    Le nombre de monde qui essaye dans LICUM à comme diminuer cette année. Pratiquement toute le monde qui à venu à l’audition on faite une équipe, on n’arait probablement pas eux assez de joueur pour faire une quatrième équipe! Mais ce sont des bon joueur avec du potentiel et de l’expérience d’impro déjà. Ils semblent que plusieurs nouveaux sont trop intimidé où ne se sente pas assez bon pour auditionner. Je me demande si c’est un effet que la ligue est remplit de « vedette ». On croit qu’on ne sera pas assez bon .Ca fait mal au recrutement. Mais, « times they are changin’ », le temps que les joueurs d’impro restent jouer dans la ligue pour 7 saisons ( 7 !?) n’existe plus. C’est surprenant voir quelqu’un en jouer même plus que 2 ou 3 saison!

  2. Pour moi, grosse ligue, ligue développementale.

    Petite ligue, ligue performance (genre LIA).

    Les deux ont leurs avantages/désavantages, mais aussi, un différent but et raison d’être.

  3. Pour moi, plus le niveau est élevé, plus on devrait y retrouver la  »crème de la crème »… Ainsi, dans une ligue type LNI, ils jouent à 4 joueurs sur le banc (en tout cas, c’était ça quand j’y suis allé la dernière fois).

    Une ligue un échelon en dessous, comme une ligue universitaire, par exemple, pourrait être un peu plus permissive, mais se doit de maintenir des critères de sélections exhaustifs. Un choix de 4 ou 5 joueurs partants, avec un substitut, qui lui peut être un joueur pas encore prêt pour la ligue, mais qui pourrait bénéficier de formation, de voir des matchs etc… me semble bien.

    Une coche plus base, ligue secondaire par exemple, ou encore ligue plus récréative, la, je trouve que le 6 joueurs à sa place, comme les joueurs ont souvent plus de  »up and down », ainsi, c’est important que l’équipe ne repose pas seulement sur les 2 mêmes joueurs forts, mais que l’équipe possède 6 joueurs et 2 substituts capable de jouer à ce niveau.

    Pour avoir joué dans des équipes de 3,4,5,6,7,8… moi je préfère le  »4 » sur le banc, comme cela permet à tous les joueurs d’avoir un bon ratio de temps de jeu dans le match (entre 3 et 6 impros), plutôt que d’être 6 et d’avoir 2-3 joueurs qui jouent 2, voir une seule impro dans un match…

    Ca dépend des ligues, des matchs, des forces en présence et des joueurs j’imagine !

  4. Dans une ligue ou le public paye pour un spectacle, c’est important d’avoir la creme de la creme. Mais je pense qu’en general, tout le monde devrait avoir sa chance (a moins que quelqu’un soit vraiment une mauvaise personne).

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s