7 conseils pour réussir la rimée!

Par Yves Doucet

« L’art de construire une efficace improvisation rimée
Consiste souvent à l’ordre des mots inverser.»
– Yves Doucet, 2013

202121_459893767418426_383774857_o

Nombreux sont les improvisateurs dont les cauchemars sont habités d’improvisations rimées. C’est sans doute la catégorie qui sème le plus couramment la terreur. Pourtant, afin de réussir à rimer de façon potable, il suffit de s’entraîner un peu et, surtout, de suivre ces quelques conseils:


1. Quand c’est long, c’est mieux…
La meilleure façon de s’éviter des difficultés en rimée, c’est de ne pas tomber dans le piège de la rime courte et instantanée. Quoiqu’il puisse être drôle d’entendre:                     « Allô! » « Fait beau! » «So-so… », les joueurs vont rapidement épuiser les quelques idées qui auraient pu germer. Rimer un seul mot avec un seul autre mot, c’est de se tendre un piège. Car en improvisation, puisque les joueurs créent au fur et à mesure le texte, dans leur tête, ils ont tout avantage à se donner du temps de réflexion. Les longues phrases sont vos meilleures amies. Avec un peu d’entraînement, un joueur peut assez facilement arriver à livrer une longue phrase tout en réfléchissant à sa prochaine rime. L’alexandrin est votre ami!

2. On les aime faciles…
Comme l’art de rimer repose sur la capacité à trouver deux mots qui ont terminaison sonore semblable (en improvisation, on étire souvent la définition de la rime), il est préférable de chercher, plus souvent qu’autrement, à terminer nos lignes/phrases par des syllabes à sonorités communes. L’idéal, c’est le son « é ». Beaucoup de mots se terminent en « é, ai, er, … », en particulier les verbes à l’infinitif. Les terminaisons « è », « sion », et « ir » sont très souvent avantageuses également. Notez bien que le rimeur audacieux osera s’aventurer, à l’occasion, à trouver une rime pour « cible », « gorge », ou                   « palmipède » (quoique ces rimes sont assez souvent préparées à l’avance – eh oui, ça se pratique et se prépare des rimées…).

3. Prends ton temps…
Tel que mentionné précédemment, l’improvisateur en rimée doit se donner du temps afin de trouver des rimes à ses répliques. C’est pourquoi il est essentiel de ne pas se presser. Parler lentement, prendre des pauses, laisser l’autre joueur contribuer. Et ce qui peut aider avec tout ça, c’est…

4. Faire autre chose…
Trop souvent, dans une rimée, les joueurs ne pensent qu’à rimer et négligent la construction d’une histoire, d’une intrigue, d’un univers. La parole à elle seule n’est pas souvent suffisamment divertissante pour un public d’impro – il faut savoir monter une histoire. Il est alors essentiel de ne pas perdre de vue le thème présenté, les idées avancées, et la nécessité de se forger des personnages et de générer du contenu. FAITES QUELQUE CHOSE, et faites-le en rimant!

5. Attends ton tour…
Rien de plus insultant pour un improvisateur que de se faire « couper sa rime ». Il existe 2 variantes de ce comportement.

  • Le parasite laissera l’autre dire une phrase et se précipitera pour rimer avec cette dernière, s’attribuant tout le mérite de la rime. Exemple:
    Improvisateur A: « Il me semble qu’il est grand temps d’aller vous coucher… »
    Improvisateur B (interrompant): « Ce n’est certainement pas à toi de décider! »
  • L’égocentrique ignorera complètement ce qui vient d’être dit pour se forger lui-même une rime. Exemple:
    Improvisateur A: « Il me semble qu’il est grand temps d’aller vous coucher… »
    Improvisateur B: « C’est vrai que nous sommes à la tombée de la nuit / Je monte tout de suite me mettre au lit. »

Dans les deux cas, l’improvisateur B a fait preuve d’un manque de respect de l’autre joueur et de la nature même de l’improvisation rimée. À proscrire!

6. ABBA, c’est pas juste du disco…
Une fois les bases acquises, un improvisateur voudra s’aventurer en terrains plus risqués, parce que les récompenses y sont plus substantielles. Vous cherchez un défi? Variez la forme de vos rimes. Par exemple, il peut être agréable de rimer en ABAB :

  • Vous avez vu le chien de ma voisine?
    Il a été frappé par une voiture.
    C’est un peu triste de lui voir la mine
    Amanché comme ça, il fait dur…

Ou encore en ABBA :

  • Si je vous ai invités ici aujourd’hui
    C’est que j’ai une grande nouvelle à vous annoncer
    En femme, j’ai décidé de me métamorphoser
    Ne reste plus qu’à apprendre à uriner assis.

Dans une improvisation mixte, cette stratégie est risquée parce que le joueur peut sembler vouloir monopoliser l’impro – il s’agit de faire suivre ces 4 lignes d’une bonne pause afin de laisser l’autre joueur y apporter sa contribution. Et si les deux improvisateurs sont réellement au service de la qualité du spectacle, ils pourront possiblement alterner des répliques de façon à construire, ensemble, un schéma ABAB ou ABBA (ou, osons, rêver, un ABABCC).

7. La culture, c’est pas juste pour les patates…
La clé de la réussite des improvisations rimées : un vocabulaire enrichi. Et pour se doter de mots colorés, variés, originaux, il suffit de lire. Et lire. Et relire…

Voilà quelques conseils qui devraient vous permettre de devenir de bons rimeurs. Mais avant tout, il faut se pratiquer! Bonne impro!

Vous voulez écrire un article? Communiquez avec Isabel Goguen au improvisationnb@gmail.com!

Advertisements

5 réflexions sur “7 conseils pour réussir la rimée!

  1. Merci Yves! Je trouve souvent que les rimées sont évitées par les joueurs parce qu’elles sont tout de suite vues comme étant trop difficiles. Tes trucs et conseils ressemblent beaucoup à ceux que j’ai donné lors de mon atelier pendant le Gazou Bronzé, qu’on retrouve également dans la section outils! #ShamelessPlug

  2. Un conseil que j’aime donner, non seulement pour les rimées, mais toute catégories. N’ayez pas peur du silence. Une chose que je vois souvent dans des improvisations est que les joueurs ont peur du silence. Vous pouvez arête de parler pour quelque seconde et pensé a votre rime. Lavez le planché, ou démontré des expression non verbal comme de la frustration. N’importe quoi pour évité a faire des rimes inutiles et cabotin.

  3. J’aime ce que tu ajoutes, Martin. En rimée et en chantée, les joueurs sentent souvent qu’ils doivent constamment parler/chanter, alors que le silence y serait tout aussi acceptable. Pas du muet, on s’entend, mais des « pauses réflexives », comme tu le dis, remplies par moins de bla-bla et plus d’action…

  4. Ping : « Hacker » la rimée | Improvisation NB

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s